Etsi : c’est « comme ça » et c’est très bien

De loin, ça ressemble à un rade de quartier, ambiance gros rouge et piliers de comptoir, bien loin de l’ultra boboisation accélérée du quartier. De près, d’autres codes s’imposent...

De loin, ça ressemble à un rade de quartier, ambiance gros rouge et piliers de comptoir, bien loin de l’ultra boboisation accélérée du quartier. De près, d’autres codes s’imposent et on sent qu’Etsi mérite sa réputation naissante d’antre grecque. En quelques mois, la chef Mikaela Liaroutsos a bien mené sa barque, discrète mais déjà bien repérée par les amoureux de bons petits plats. Esti, c’est un petit peu le pendant grec de l’Avant-Comptoir d’Yves Camdeborde avec ses petites portions à partager et ses prix raisonnables.

Croquettes de courgettes renversantes ; féta saganaki, betteraves et noisettes, vinaigrette au miel surprenante, frites à la féta rassurantes, les plats taille mezze font parfaitement le boulot. En revanche, le plat du jour (sauté d’agneau, purée de carotte au zaatar, aubergines marinées au citron) séduit moins, un brin trop sage, pas assez tranchant, pas assez grec, tout comme la petite assiette de charcuterie sans intérêt. Reste que l’on sent que Mikaela Liarorutsos (ex Lignac et Rostang) maitrise ses assiettes et qu’elle se joue parfaitement des contraintes (elle est seul dans une cuisine format cagibi) pour envoyer quelques pépites grecques qui rappellent tout le potentiel de cette cuisine venue d’ailleurs. Etsi, c’est « comme ça » (en grec) et c’est très bien.

[divider]Plus, moins, à retenir[/divider]

Le plus : il est possible de se faire (grand) plaisir avec quelques assiettes et une bouteille de vin grec sans casser sa tirelire ; service jeune, souriant et compétent

Le moins : c’est un « moins » très subjectif avec quelques propositions culinaires moins tranchées, mais pas de quoi s’inquiéter

À retenir : Etsi marque le renouveau (avec d’autres adresses) de la cuisine grecque à Paris et, plus largement, de tout le potentiel de la cuisine méditerranéenne.

[divider]Se repérer[/divider]

[divider]Auteur[/divider]

Franck Pinay-Rabaroust / ©FPR

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...