Les vacanciers vont être heureux ! Ils vont pouvoir grailler des hamburgers et des frites grasses sous le soleil de Dolus-d’Oléron prochainement. Jeudi 21 septembre, le tribunal administratif de Poitiers a entendu la cause du mastodonte américain qui veut depuis des années installer un de ces superbes restaurants sur l’ile d’Oléron. Mais voilà qu’un maire n’en voulait pas. L’édile, conscients des désagréments d’un faiseur de hamburger et revendeur de Coca-Colas, avait barré la route au projet. Ses arguments étaient juridiquement faibles, mais tellement honorables. Sauf que la justice, elle, ne regarde que le droit, pas le paysage, pas la santé de la population. Le droit, tout le droit, rien que le droit. La vérité si je mens !

Sauf que le droit, parfois, file de travers et part en quenouille. La force de la loi a été rendue aux hamburgers et aux frites grasses de McDo. Et que ça saute ! Si l’honorable maire continue de trainer ses savates, il se verra contraint de payer une astreinte de 300 euros par jour. C’est que McDo n’attend pas : la frite, c’est du fric ! Et que ça saute, le permis de construire du futur McDo de Dolus-d’Oléron est dans les tuyaux. Vivement les vacances sur l’ile d’Oléron.

Sur le même sujet

Mouche dans la sauce, ver dans un McPuff et morceau d’os dans le fromage : les McDo indiens ferment en masse

Le Pape François ira-t-il manger des hamburgers au McDo qui se trouve… devant le Vatican ?

Lampredotto contre burgers : les Florentins se battent contre McDo

Auteur

Rédaction Atabula / © Gennadiy Poznyakov

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.