Double secousse sismique du côté de Singapour avec l’annonce du chef André Chiang de la fermeture, en février 2018, de son restaurant André. Auréolé de deux étoiles Michelin et 14e du classement du World’s 50 Best, André faisait partie des plus grandes tables asiatiques. Dans une lettre publiée sur son site Internet, le chef explique qu’il souhaite redéfinir ses priorités dans sa vie professionnelle. André Chiang explique que « c’est le meilleur moment » de sa vie pour annoncer cette fermeture.

Les chefs souhaitent échapper à la pression inhérente de la course aux étoiles

La seconde secousse est également considérable puisque le chef, repéré par les frères Pourcel (qui ont annoncé cette information sur le site Food&Sens), explique que, par-delà le fait qu’il rende ses deux étoiles pour André, précise noir sur blanc qu’il ne souhaite pas inscrire son futur établissement de Taïwan – qui se nommera Raw – dans le guide Michelin actuellement en préparation. C’est une nouvelle déflagration pour le guide Michelin qui ne peut que constater que de plus en plus de chefs souhaitent échapper à la pression inhérente de la course aux étoiles. Après l’iconique Maison Bras qui avait annoncé sa volonté de rendre ses trois étoiles, la défiance vis-à-vis du Bibendum s’installe en Asie avec l’un de ses chefs les plus emblématiques. Alors même que le Bibendum regarde l’Asie comme une nouvelle terre de développement, André Chiang lui coupe sèchement l’herbe sous le pied.

Sur le même sujet

Entretien exclusif – Sébastien Bras (Maison Bras) : « Rendre les étoiles, c’est le prix de ma liberté »

La Maison Bras rend ses trois étoiles au guide Michelin : décryptage d’une décision exceptionnelle

Michelin et les chefs : qui a vraiment besoin de l’autre ?

Deux étoiles Michelin pour le restaurant André du chef André Chiang à Singapour

La très séduisante Octaphilosophie du chef André Chiang

Auteur

Rédaction Atabula

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.