Le carafage est un art subtil. Y recourt-on toujours autant aujourd’hui ? Les vins jeunes ont-ils vraiment moins besoin d’être carafés ? Atabula a interrogé le journaliste connaisseur du vin Antoine Gerbelle, la jeune sommelière du Chardon (Arles) Laura Vidal, et Benjamin Sicard, sommelier de l’auberge des Templiers, institution solognote étoilée depuis 1954.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant. Pour des abonnements groupés, contactez-nous par mail (contact@atabula.com) ou par téléphone (0143152617)