Quelles sont les rues les plus étoilées de France ?

« La rue la plus étoilée de France se trouve à Lyon », affirmait la chaine de télévision France 3 dans son journal national 12/13h en date du 7 octobre dernier. Vrai ? Non, faux.

Atabula a fait un petit peu de fact checking et a compté les étoiles. La rue qui compte le plus de restaurants étoilés de France n’est pas à Lyon, mais à Paris. Découvrez le benchmark Atabula des rues (et avenues) les plus étoilées de France (avec un minimum de deux restaurants étoilés par artère).


[divider] Rue Saint-Dominique, Paris, 4 restaurants étoilés, 5 étoiles[/divider]

Violon d’Ingres,  135 rue Saint-Dominique,  1 étoile – La table de Christian Constant est étoilée depuis 1996. Le chef est passé par le Ritz, le Crillon et Ledoyen.

Les Fables de la Fontaine, 131 rue Saint-Dominique, 1 étoile – Julia Sedefdjian, plus jeune cheffe étoilée de France depuis 2016. Elle était arrivée comme commis en 2012.

Sylvestre, 79 rue Saint-Dominique, 2 étoiles – Sylvestre Wahid a pris les rênes du restaurant de l’hôtel Thoumieux en 2016 et obtenu/conservé ses deux étoiles la même année.

Garance, 34 rue Saint-Dominique, 1 étoile – L’adresse des deux anciens de l’Arpège, Guillaume Muller et Guillaume Iksandar, étoilée en 2015.


[divider]Rue du Bœuf, Lyon, 3 restaurants étoilés, 3 étoiles[/divider]

 Au 14 février, 36 rue du Bœuf,  1 étoile – Tsuyoshi Araï vient tout juste de  déménager son restaurant de quelques centaines de mètres pour s’installer rue du Bœuf.

Les loges, 6 rue du Bœuf, 1 étoile – Anthony Bonnet commande la brigade du restaurant de l’hôtel de luxe La Cour des Loges, étoilé depuis 2012. 

Jérémy Galvan, 29 rue du Bœuf 1 étoile – Tout juste distingué par le guide Michelin en 2017, Jérémy Galvan, 33 ans, complète le trio étoilé de la rue du Bœuf.


[divider] Rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris, 2 restaurants étoilés, 4 étoiles[/divider]

L’Epicure, 112 rue du Faubourg Saint-Honoré,  3 étoiles – Le restaurant du Bristol est dirigé par Eric Fréchon, qui a obtenu 3 étoiles en 2009. 

114 faubourg, 114 rue du Faubourg Saint-Honoré, 1 étoile – La brasserie de luxe du Bristol, ouverte en 2009, est menée en cuisine par Loïc Dantec.


[divider]Rue Balzac, Paris, 2 restaurants étoilés, 4 étoiles[/divider]

Restaurant Pierre Gagnaire, 6 rue Balzac,  3 étoiles – Michel Nave, homme de confiance de Pierre Gagnaire depuis 1983, est à la baguette dans l’établissement triplement étoilé depuis le début des années 2000.

Penati Al Baretto, 9 rue Balzac, 1 étoile – Comme Pierre Gagnaire au Balzac, Alberico Penati est installé rue Balzac, au sein de l’hôtel de Vigny.


[divider] Rue Saint-Honoré, Paris, 2 restaurants étoilés, 3 étoiles[/divider]

Sur Mesure, 251 rue Saint-Honoré, 2 étoiles – Le restaurant du Mandarin Oriental a pour chef exécutif Thierry Marx, doublement étoilé en 2012.

Yam’Tcha, 121 rue Saint-Honoré, 1 étoile – Le nouveau repère d’Adeline Grattard rue Saint-Honoré, dont le restaurant s’est déplacé d’une cinquantaine de mètres en 2015.


[divider]Rue des Grands Augustins, Paris, 2 restaurants étoilés, 2 étoiles[/divider]

Le Relais Louis XIII, 8 rue des Grands Augustins,  1 étoile – Manuel Martinez a travaillé à la Tour d’Argent avant de racheter, en 1996, ce restaurant construit sur les vestiges d’un ancien couvent.

Ze Kitchen Galerie, 4 rue des Grands Augustins, 1 étoile – L’étoile brille ici depuis 2008, avec William Ledeuil aux fourneaux.


[divider]Rue Pierre Leroux, Paris, 2 restaurants étoilés, 2 étoiles[/divider]

Aïda, 1 rue Pierre Leroux,  1 étoile – Le maître des lieux, le chef japonais Koji Aida, est un spécialiste du teppanyaki. 

Nakatani, 27 rue Pierre Leroux, 1 étoile – Shinsuke Nakatani a passé 10 ans auprès d’Hélène Darroze avant de lancer son affaire. Il a obtenu l’étoile en 2016.


Et du côté des avenues

[divider]Avenue George V, Paris, 5 restaurants étoilés, 7 étoiles[/divider]

Le Cinq, Hôtel Four Seasons George V, 31 avenue George V,  3 étoilesAvec l’arrivée du chef Christian Le Squer, le Cinq a retrouvé son prestige et ses trois étoiles.

L’Orangerie, Hôtel Four Seasons George V, 31 avenue George V,  1 étoileLe très talentieux David Bizet a glané une première étoile. Pas impossible qu’il attrape la deuxième en 2018 et améliore encore le record du monde de l’hôtel le plus étoilé du monde.

Le George, Hôtel Four Seasons George V, 31 avenue George V,  1 étoileLe chef Simone Zanoni réalise une cuisine à consonance italienne et honorée d’une étoile.

La Scène, Hôtel Prince de Galles, 33 avenue George V, 1 étoile – La cheffe Stéphanie Le Quellec, top chef 2011, tient la barre du restaurant.

Le 39V, 39 avenue George V, 1 étoile – Frédéric Vardon est aux manettes d’un restaurant à part, au dernier étage d’un immeuble.

[divider]Avenue d’Iéna, Paris, 2 restaurants étoilés, 3 étoiles[/divider]

L’Abeille, 10 avenue d’Iéna,  2 étoilesChristophe Moret dirige le restaurant du Shangri-La, dernier-né des palaces parisien ouvert 2010, qui a obtenu sa deuxième étoile en 2016.

Shang Palace, 10 avenue d’Iéna, 1 étoileDans l’autre restaurant du palace, étoilé depuis 2012, la cuisine est dirigée par Samuel Lee.

[divider]Avenue Kléber, Paris, 2 restaurants étoilés, 3 étoiles[/divider]

Matthieu Pacaud, Histoires, 85 avenue Kléber,  2 étoilesDeux étoiles pour le restaurant caché du chef Matthieu Pacaud.

Hexagone, 85 avenue Kléber,  1 étoileRestauration plus simple, mais étoilée du même Matthieu Pacaud qui a réussi le tour de force d’avoir deux restaurants étoilés à la même adresse.

[divider]Avenue Franklin Delano Roosevelt, Paris, 2 restaurants étoilés, 3 étoiles[/divider]

Le Clarence, 31 avenue F-D Roosevelt,  2 étoilesDeux étoiles pour la table du chef Christophe Pelé qui avait déjà connu cette récompense à la Bigarrade (17e arr.)

Lasserre, 17 avenue F-D Roosevelt,  1 étoileIl ne reste plus qu’une étoile chez Lasserre, maison historique parisienne.

[divider]Avenue Burgeaud, Paris, 2 restaurants étoilés, 2 étoiles[/divider]

Les tablettes de Jean-Louis Nomicos, 16 avenue Bugeaud,  1 étoileJean-Louis Nomicos a dirigé pendant des années les cuisines de Lasserre. Rue Bugeaud, il a pris la suite de Joël Robuchon.

Saint-James, 43 avenue Bugeaud, 1 étoileLe restaurant très sélect est ouvert depuis 2013 à la clientèle extérieure au Saint-James Club. Jean-Luc Rocha a pris la cuisine en main en janvier 2017.


[divider]Sur le même sujet[/divider]

BENCHMARKS, NOTES, ÉTUDES : DÉCOUVREZ TOUT LE CONTENU DU THINK TANK ATABULAB

[divider]Auteurs[/divider]

Louis Jeudi / © elenvd

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page