Huppé, le quartier n'a pourtant pas bonne mine. Prenez le Café de Flore : il y a foule mais la carte est désespérante (Jean-François Piège avait dit un jour qu'il rêvait de reconstruire l'offre, qu'on le laisse faire !). Pas mieux du côté des Deux Magots même si Pierre Hermé fournit les douceurs. Quant à Lipp, cela fait longtemps qu'on y vient moins pour casser la croûte que pour cultiver l'esprit d'antan. Reste Armani. Au rez de chaussée, la cuisine la joue brasserie. A l'étage en revanche, l'endroit envoie des assiettes malicieusement ciselées pour une trentaine de couverts. En charge de la partie gastro ? Massimo Tringali, ex-bras droit du Casa Del Mar, table doublement étoilée de Porto Vecchio. Ses taglioni de blé ancien sicilien, gambas rouges de Mazara et trompettes de la mort valent qu'on s'y attarde. Même chose pour le baba au rhum (et glace aux épices) flambé en salle. Les gressins affichent leur rang, les fruits confits se parent de moutarde (le maître d'hôtel se fera un plaisir d'expliquer pourquoi), les liqueurs ont été achetées à une très vieille officine florentine... Bref, on sent le souci du détail. La maison, animée par le drôle et excellent Massimo Mori, ne cache pas son ambition d'aller décrocher un astre Michelin à court terme. A ce rythme, elle devrait vite tomber. Tarifs germanopratins, évidemment.

Pratique

Emporio Armani Caffè - 149 boulevard Saint-Germain, 75006 Paris - 01 45 48 62 15

Formule 40 euros au déjeuner , 60 au dîner, menu dégustation 80 euros. Carte 82-144 euros

Auteurs

Ezéchiel Zérah / ©Restaurant Armani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.