En images – Panorama de 11 bûches de chefs et pâtissiers stars

Chaque année, à quelques semaines des fêtes de fin d’année, l’exercice est le même : présenter une bûche, belle et bonne, en lien avec l’identité de son auteur. Cette année, les chefs et les pâtissiers ont continué la course à la créativité. La preuve en images avec 11 bûches singulières créées par des chefs et des pâtissiers « starifiés ».


ANNE-SOPHIE PIC – La seule femme chef aux trois étoiles vient jouer les entremetteuses dans cette liste de chefs pâtissiers. Depuis plusieurs années, Anne-Sophie Pic propose sa propre bûche de Noël. Avec ses 89 000 followers, la cuisinière au talent reconnu a toute sa place. Cette année, elle joue avec les mots et crée un dessert autour d’un jeu de cartes, et des quatre symboles phares : carreau, trèfle, coeur et… pique. Le gâteau, au goût de sève de pin, de chocolat et de café, sera disponible en édition limitée au restaurant parisien La Dame de Pic / Prix : 54 euros pour 6 à 8 personnes
CÉDRIC GROLET – Le chef aux 600 000 followers réinterpréte l’un de ses desserts phare, le Rubik’s, avec les saveurs de Noël. Plusieurs parfums sont embarqués dans cette version gourmande du célèbre casse-tête des années 70 : cube marron ou noix de coco, cube amande/coriandre, cube chocolat/truffe, cube citron/menthe fraîche. Seuls cent exemplaires seront disponibles à la vente, du 6 au 25 décembre, à l’Hôtel Le Meurice, Paris, où officie Cédric Grolet. Sinon, le Rubik’s sera servi au restaurant le Dali, du 6 décembre 2017 au 1er janvier 2018 / Prix : 160 euros sur place / 220 euros à emporter
CHRISTOPHE ADAM – L’ÉCLAIR DE GÉNIE – Pour la toute première fois, le maître de l’éclair sort une bûche de Noël. Le juré de « Qui sera le prochain grand pâtissier », suivi par 141 000 internautes, a préparé une mousse vanille de Nouvelle-Guinée associée à un crémeux praliné noisette, un croustillant praliné et une dacquoise à la noisette / Prix : 42 euros pour 6 personnes
YANN COUVREUR – Le chef pâtissier continue d’aduler son animal fétiche, le renard, pour célébrer les fêtes de fin d’année, avec 131.000 abonnés. L’animal est recroquevillé et est dupliqué pour constituer une bûche complète. Trois parfums ont été choisis : marron/cassis, chocolat/praliné, vanille/mangue / Prix : 6,80 euros en individuel / 35 euros pour 5 personnes
FRANÇOIS PERRET – LE RITZ – Le chef pâtissier du Ritz, qui compte plus de 62.000 followers sur Instagram, propose une bûche ludique qui met à l’honneur le père Noël. Le bonnet rouge et la longue barbe blanche du personnage se dévoile dans un long coffret que les hôtes du célèbre palace recevront lors d’un séjour pendant les fêtes de fin d’année. Ce dessert sculpté à la main est une gourmandise au goût de biscuit marbré, d’une mousse vanille et d’un coeur caramel aux pépites de chocolat / Prix : 110 euros pour 5 personnes
ARNAUD LARHER – Le meilleur ouvrier de France compte plus de 35.000 fans sur Instagram. A l’occasion des vingt ans de la Maison Larher, Arnaud Larher a pensé une bûche en édition limitée. Recouverte d’un glaçage au chocolat noir et d’une chantilly au chocolat noir, elle renferme une mousse au chocolat noir grand cru à 66% de cacao tempérée d’une crème légère au pain d’épices et d’une marmelade orange / Prix : 78 euros pour 6 à 8 personnes
YANN MENGUY – Le pâtissier rock’n roll, révélé par le concours professionnel « Qui sera le prochain grand pâtissier », suivi par plus de 55 000 instagrammeurs, emmène en voyage vers le pôle Nord, avec une bûche en forme de banquise. Le dessert repose sur un biscuit vanille et amande, associé à un confit de mandarines corses, un praliné pécan-fleur de sel et un mousseux vanille de Madagascar / Prix : 68 euros pour 6 à 8 personnes
MICHAËL BARTOCETTI – Le chef pâtissier du Shangri-La Hotel, Michaël Bartocetti, a surpris ses 14.500 instagrammeurs avec une bûche sculpturale, sur le plan gustatif comme esthétique. Le dessert est en fait une toupie, évocation aux jouets de Noël. Le socle est un mendiant aux fruits secs et noix. La toupie est construite de plusieurs couches qui alternent textures et saveurs, autour du chocolat Madong de Papouasie/Nouvelle Guinée, d’un praliné noisette à l’ancienne avec un gianduja crémeux et pain d’épices / Prix : 118 euros
VINCENT GUERLAIS – Les petits beurres revisités et les « guerlinettes » du pâtissier nantais n’ont pas échappé à ses 50 000 followers. Pour Noël, le chef décline une collection de cinq bûches de Noël autour de saveurs réconfortantes et ensoleillées, comme la « Catania » composée autour d’une mousse à la pistache de Bronte, une ganache montée à la vanille, des griottes poêlées au sucre Muscovado de l’Ile Maurice / Prix : 25 euros pour 4 personnes / 34 euros pour 6 personnes / 42 euros pour 8 personnes
CHRISTOPHE MICHALAK – Le pâtissier aux 289 000 followers garde son ton rock’n roll avec une bûche signature en forme de guitare. L’instrument se révèle être en fait un croustillant praliné coco, un crémeux chocolat noir, un biscuit sans farine, et une mousse coco allégée d’un confit mangue-passion / Prix : 125 euros pour 8 à 10 personnes
NICOLAS PACIELLO – Le chef pâtissier de l’hôtel Le Prince de Galles à Paris est suivi par plus de 44 000 becs sucrés sur Instagram. Le nouveau petit prince de la pâtisserie file l’histoire de son dessert signature – l’omelette norvégienne revisitée, avec une bûche de Noël en forme de fagot de gousses de vanille. L’épice fétiche de Nicolas Paciello construit aussi le goût de ce dessert de fête. Baptisée « Tahitensis », la création est recouverte d’une fine couche de chocolat noir / Prix : 95 euros pour 6 à 8 parts / 18 euros la part au bar les Heures
[divider]Auteur[/divider]

Rédaction Atabula, avec AFP Relaxnews / ©Delphine Michalak, Benoit Linero, Arnaud Larher, Roméo Balancourt, Pierre Monetta, Christophe Adam, Yann Couvreur, Eric Mercier, Laurent Fau
H

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page