Le chef de Montceau-les-Mines Jérôme Brochot vient d'annoncer au Journal de Saône-et-Loire sa décision de rendre son étoile au guide Michelin. Récompensé depuis 2005 pour sa cuisine gourmande, composée de beaux produits régionaux, le chef n'arrive plus à joindre les deux bouts et souhaite se recentrer sur "une cuisine plus régionale dont les produits de base seront moins coûteux". La "fin d'une belle histoire" pour le propriétaire du France. "Je vais au moins essayer de sauver mon hôtel restaurant en proposant une cuisine plus régionale à laquelle j'apporterai tout autant de soin, mais dont les produits de base seront moins coûteux", explique le chef au journal local. Jérôme Brochot insiste sur la situation économique "catastrophique" de son territoire, qui ne s'est jamais relevé de l'arrêt des mines. En février 2017, le site bourguignon dijonbeaune.fr relatait déjà les déboires de ce fils d'agriculteurs de l'Autunois formé dans la maison Loiseau, expliquant qu'il avait réussi à "sauver" son restaurant étoilé en ouvrant un bistrot (L'Impressionniste) à Dijon. Cela n'a visiblement pas suffit. Dans une étude qu'Atabula a récemment mise en avant, Groupon explique que 2 tiers des français n'ont pas les moyens de se rendre dans les restaurants étoilés.

Pour aller plus loin

Pour deux tiers des Français, les restaurants étoilés sont inaccessibles selon une étude commandée par Groupon

Pratique

Jérôme Brochot, 7 Place Beaubernard, 71300 Montceau-les-Mines, 03 85 67 95 30, jeromebrochot.com

Auteur

Rédaction Atabula ©France3/culturebox

Une réponse

  1. Périco Légasse

    Je ne comprends pas où est le problème. Depuis quand connaît t-on les critères culinaires et professionnels auxquels se réfère le guide Michelin pour attribuer ou retirer les étoiles ? Ce débat commence à prendre une tournure consternante de non sens et de contradictions. Que Jérôme Brochot fasse la cuisine qu’il souhaite, à laquelle il croit, qu’il pense bonne pour sa maison et sa clientèle sans se soucier ni du Michelin, ni du Gault Millau, ni de Tripadvisor. Et si ces trois médias continuent à bien le noter tant mieux pour lui. En quoi est-ce un « coup de salaud » ? Si un cuisinier ne veut plus être cité ou présent dans une publication, quelle qu’elle soit, il suffit de ne plus l’acheter, de ne plus la lire, de ne plus en parler, c’est-à-dire de faire comme si elle n’existait pas et tout ira bien. Point.
    Feu Alain Senderens, Sébastien Bras, Jérôme Brochot, faites ce que vous avez à faire, tracez votre chemin sans vous soucier du « qu’en notera-t-on » et buvez un coup.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.