Mais pourquoi les vignerons se cassent-ils encore la tête à faire du vin ? Franchement, ne voient-ils pas que grâce à la science et au progrès technique, c’est totalement dépassé de travailler la vigne toute l’année pour sortir quelques bouteilles d’une mauvaise piquette ? Lâcher la vigne et devenez des apprentis sorciers, l’avenir est là !

Vignerons champenois, allez donc vous rhabiller

Vous en doutez ? Regardez donc ce que vient de créer SodaStream, leader du marché des machines à soda, avec son Sparkling Gold, un concentré d'alcool à mélanger avec de l'eau gazéifiée pour un résultat décoiffant : un vin pétillant avec 10 % d'alcool. De la merde pensez-vous ? Que nenni ! D’après la société, la boisson a un petit goût acidulé qui rappelle la saveur d'un riesling fruité. Et les consommateurs ? Heureux comme pas deux. D'après une étude réalisée en Allemagne, par SodaStream, en octobre 2017, 76 % des personnes qui ont testé le produit ont autant aimé, voire plus, la saveur de Sparkling Gold que celles des marques de champagne françaises comme Moët & Chardon et Veuve Clicquot. Vignerons champenois, allez donc vous rhabiller avec vos pales mousseux… Et, attention, le marketing n’a pas été oublié : le flacon en verre teinté d'or de 200 ml est commercialisé en édition limitée. Dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde.

Sacrée usurpation

Que faut-il conclure de tout cela ? Que la connerie se glisse partout ! Assurer que quelque huit personnes sur dix ont autant aimé ou préféré de l’eau mélangée à un concentré d’alcool par rapport à un vrai champagne, c’est plus qu’inquiétant. C’est dramatique. Certes, Jésus a bien changé l’eau en vin dans le Nouveau Testament. Mais personne n’a jamais pu témoigner de la qualité du picrate. Sodastream n’a pas réalisé un miracle, mais plutôt une sacrée usurpation.

À lire également

Découverte : le vin vient de se prendre dix siècles dans le nez

Auteur

Franck Pinay-Rabaroust / © SodaStream

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.