À l’hosto, l’assiette est toujours (gravement) malade

Ce n’est pas une légende. Les repas servis à l’hôpital, c’est un petit peu la double sanction assurée. Vous êtes malade mais, en plus, l’assiette n’est pas là pour...

Ce n’est pas une légende. Les repas servis à l’hôpital, c’est un petit peu la double sanction assurée. Vous êtes malade mais, en plus, l’assiette n’est pas là pour vous redonner le moral. C’est ce que montre la deuxième étude annuelle de la Haute autorité de santé (HAS) sur la satisfaction des clients.

Malgré un accueil et une prise en charge globalement appréciés, les Français restent sur leur faim à l'hôpital: "moins d'un patient sur deux (48%) a jugé la qualité des repas qui lui ont été servis bonne ou excellente", tandis que près d'un sur quatre (23%) l'a estimée "faible ou mauvaise". L'alimentation est l'aspect le plus mal noté par les personnes hospitalisées en médecine, chirurgie ou obstétrique, avec un score de satisfaction de 58 sur 100.

Ces résultats confirment les lacunes identifiées fin 2016 par la première étude de la HAS. Cette seconde édition s'appuie sur deux fois plus de réponses de patients, soit 122 000 questionnaires évaluant autant de séjours dans 1 100 hôpitaux et cliniques. Quelques chefs de la restauration traditionnelle s’investissent pour améliorer la qualité des plateaux-repas. Mais, disons-le, il y a encore du boulot.

À lire également

Un bar à vin va ouvrir dans un service de soins palliatifs à l’hôpital de Clermont-Ferrand

Auteur

Rédaction Atabula, avec AFP / © FangXiaNuo 

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LES PRIX ATABULA


LA PLATEFORME ATABULA


ATABUL'À TABLE