Alan Geaam, la consécration d’un talent loué par tous

En s’installant rue Lauriston à Paris, le 23 mars 2017, dans l’ex restaurant doublement étoilé d’Akrame Benallal, Alan Geaam a pris un pari risqué et assumé une certaine pression....

En s’installant rue Lauriston à Paris, le 23 mars 2017, dans l’ex restaurant doublement étoilé d’Akrame Benallal, Alan Geaam a pris un pari risqué et assumé une certaine pression. D’après François-Régis Gaudry, les inspecteurs Michelin ont d’ailleurs multiplié les visites chez ce chef libanais d’origine au parcours singulier. Cette étoile vient récompenser l’inventivité d’un chef autodidacte, qui, un peu à la manière de son prédécesseur, a ouvert successivement plusieurs adresses à Paris. Aussi pugnace que rêveur, il propose une cuisine d’inspiration française largement influencée par le Levant et ses divers séjours culinaires à l’étranger.

Carpaccio de langoustine, abou sfeir orange et caviar en entrée, poulette de Bresse, suprême mariné aux épices libanaises et cuisse farcie, butternut pour le plat et Mont-Liban (marron, tahini, caroube) pour le dessert sont un bel aperçu de la patte Geaam. Côté pâtisserie justement, le chef peut s’appuyer sur l’ex finaliste d’Objectif Top Chef, Julien Noray, connu pour sa technicité. lrwin Durand, passé auprès de Robuchon, Sylvestre Wahid ou encore Loiseau, a également pris un grande part dans l’obtention de cette étoile en apportant au chef autodidacte la rigueur inhérente aux grandes grandes maisons.

Dans la presse, la success story d’Alan Geaam a été largement commentée, tout le monde lui promettant un avenir radieux dans la capitale. “Je n’ai pas de mentor, aucun matelas sur lequel la critique peut se reposer ou se rassurer”, confiait le néo-étoilé à Atabula le 23 mars 2017, conscient de s’élancer “sans filet” à la conquête des papilles parisiennes. Pour autant, Alan Geaam n’a jamais fait d’appel du pied prononcé au guide Michelin, insistant surtout le “plaisir des clients” et sur le fait que l’étoile est avant tout une “consécration collective”.

[divider]Pratique[/divider]

Restaurant Alan Geaam – 19 Rue Lauriston, 75016 Paris – 01 45 01 72 97 – alangeaam.fr

[divider]Pour ne rien rater du Michelin France 2018[/divider]

[divider]Auteur[/divider]

Rédaction Atabula

[siteorigin_widget class= »CB_WP_Widget_Recent_Posts »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...