Bruno Cirino (L’Hostellerie Jérôme, La Turbie) retrouve la deuxième étoile retirée par le Michelin en 2014

Le retrait de la deuxième étoile à Bruno Cirino en avait étonné plus d’un, en 2014. Certains avaient même parlé d’outrage envers la cuisine ce chef, portée par des...

Le retrait de la deuxième étoile à Bruno Cirino en avait étonné plus d’un, en 2014. Certains avaient même parlé d’outrage envers la cuisine ce chef, portée par des produits d’exception. Quatre ans après, le guide rouge a donc revu son jugement et redonne sa deuxième étoile au chef de La Turbie, dans les hauteurs monégasques. Sur le site internet de son établissement, pas de CV ronflant, Bruno Cirino se contente de se présenter comme « un fils d’immigré italien » qui a décidé de devenir cuisinier à 15 ans « ne se couche jamais avant une heure, n’aime pas les vacances et n’accorde les entretiens qu’en coup de vent ». « La criée d’Imperia n’attend pas », ajoute cet homme de caractère, qui parcourt 150 kilomètres trois fois par semaine en quête des meilleurs produits de la côte. Admiré par ses pairs, d’Alain Ducasse à Jean-François Piège en passant par Alain Passard, Bruno Cirino propose ses créations, souvent instinctives, au sein d’une ancienne abbaye cistercienne, en compagnie de sa femme  sommelière Marion, qui veille sur une cave de 30 000 bouteilles. Le lieu offre une vue imprenable sur la cité de Monaco. Dans l’assiette se côtoient gamberoni de San Remo, langoustines de Méditerranées et les rougets de roche de la criée d’Imperia (Ligurie), que le maître des lieux sait préparer comme personne.

[divider]Pratique[/divider]

L’Hostellerie Jérôme – 20 rue du Comté de Cessole, 06320 La Turbie – hostelleriejerome.com – 04 92 41 51 51

[divider]Pour ne rien rater du Michelin France 2018[/divider]

[divider]Auteur[/divider]

Rédaction Atabula

[siteorigin_widget class= »CB_WP_Widget_Recent_Posts »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Si on avait ébauché le sujet en montrant qu’ils pouvaient être à l’origine de produits qui allaient améliorer la santé humaine, les gens auraient compris l’intérêt des OGM ! La génétique moderne et notamment le Crispr-Cas permettent d’effectuer des changements ciblés sur des gènes. Certains gènes de la tomate sont par exemple très bénéfiques pour augmenter le taux d’antioxydants dans le fruit, mais ils ne sont pas exprimés, car la plante n’en a pas besoin. On peut maintenant réveiller ces gènes, dans une optique de bienfaits de santé pour les humains. Il faut prendre le meilleur de l’agriculture traditionnelle et biologique et le meilleur de la science moderne, sans rien exclure. »

_________

Louise Fresco, ex-dirigeante de la FAO et aujourd’hui présidente de la Wageningen University & Research (Pays-Bas) interrogée au sujet de l’alimentation dans les colonnes du Point. / Lire l’entretien sur Le Point

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...