Jean-François Piège bloqué à deux étoiles : « Pour que rien ne change, il faut que tout change »

L’an dernier, on ne parlait que de lui, tout le monde y croyait. Même lui. Cette année, à une ou deux exceptions près, son nom n’a jamais été évoqué....

L’an dernier, on ne parlait que de lui, tout le monde y croyait. Même lui. Cette année, à une ou deux exceptions près, son nom n’a jamais été évoqué. Par absence de rumeurs probablement, mais aussi par peur de refaire la même erreur d’hurler une troisième étoile imaginaire chez le maitre Piège.

Imaginaire ? Paradoxalement pas tant que ça. D’après nos informations, alors même que le guide 2017 n’était pas encore publié, les inspecteurs étaient déjà de retour en janvier dans son Grand Restaurant de la rue d’Aguesseau. Avec des essais de table très concluants, au-delà des deux étoiles. Alors pourquoi cette stagnation prolongée pour celui qui est considéré comme un technicien hors-pair ? Peut-être parce que l’année n’a pas été de tout repos. Tout a changé ou presque. D’abord le départ de son second, Nicolas Medkour, vers d’autres horizons puis, quelques semaines plus tard, celui de Nina Métayer qui a souhaité rejoindre les équipes du Café Pouchkine.

Un possible déménagement du restaurant

Des départs qui ne sont pas sans conséquence sur la brigade. En cuisine, Jean-François Piège aurait mis en place une nouvelle organisation, moins verticale, avec moins de « chefs ». La raison serait, en partie, économique. C’est que le Grand Restaurant coûte cher : deux millions d’investissement pour un maximum de 25 couverts et une quinzaine de salariés. Pour durer, il faut savoir dégraisser quand les services n’enchainent pas les complets. Une rumeur circulait même sur un possible déménagement du restaurant. Reste que les changements d’équipe n’ont pas rassuré les inspecteurs du Michelin qui juge que la table de Jean-François Piège ne mérite toujours pas les trois étoiles. Le Top Chef risque de méditer amèrement sa devise préférée, tirée du film Le Guépard : « Pour que rien ne change, il faut que tout change. »

[divider]Sur le même sujet[/divider]

https://www.atabula.com/2018/01/15/a-la-recherche-de-la-troisieme-etoile-le-grand-restaurant-jean-francois-piege-paris/
https://www.atabula.com/2017/02/09/la-rumeur-prise-au-piege/

[divider]Pour ne rien rater du Michelin France 2018[/divider]

[divider]Auteur[/divider]

Rédaction Atabula

[siteorigin_widget class= »CB_WP_Widget_Recent_Posts »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...