Femme cheffe : espèce en voie d’apparition ?

L’étoile est un nom féminin. Mais chef reste masculin. À quasiment 100%. Le guide Michelin confirme chaque année ce triste fait. Ces dernières années, les cheffes nouvellement étoilées se...

L’étoile est un nom féminin. Mais chef reste masculin. À quasiment 100%. Le guide Michelin confirme chaque année ce triste fait. Ces dernières années, les cheffes nouvellement étoilées se comptent sur les doigts d’une seule main. À qui la faute ?


Si le monde politique a pu mettre en place la parité – ou tout au moins a essayé de le faire -, celui de la gastronomie en est loin. Très loin même. À titre d’exemple, si le Michelin se voyait imposer une telle pratique, il serait bien embêté. Cette année, dans le guide 2018, elles étaient deux sur scène à recevoir leur étoile. Deux, c’est presque un record ! Mais un record à relativiser car les deux cheffes travaillent en binôme : la Coréenne Mi-Ra avec son mari Charles Thuillant (L’Essentiel, à Deauville), tout comme la Malaisienne Kwen Liew en couple avec le Japonais Ryunosuke Naito (Pertinence à Paris). L’an dernier, il n’y a eu que Fanny Rey (Saint-Rémy-de-Provence) ; en 2016 : zéro femme ! Sur les 621 restaurants étoilés en France, seuls 17 ont une cheffe à leur tête. Soit 2,7%. Faiblard donc.

La « cheffe » Anne-Sophie Pic, seule femme triplement étoilée au guide Michelin en France

Machiste le guide rouge ? « Ce n’est pas quelque chose que l’on prend en compte, les inspecteurs sont là pour vérifier la qualité de la cuisine, on ne regarde pas le sexe, ni l’origine, ni l’âge », assure Michael Ellis, directeur international des guides Michelin. Une réponse pleine de bon sens. Le problème serait-il franco-français ? Certainement pas. Au niveau mondial, sur un total de quelque 2800 restaurants étoilés, moins de 5% sont dirigés par une cheffe. Dans le World’s 50 Best, elles ne sont que deux.

« Tu vas avoir ton diplôme mais tu ne vas pas résister »

Alors, où est le problème ? « Être une femme en cuisine, ce n’est pas facile : il faut toujours montrer deux fois plus que les hommes. » Prouver, toujours prouver que la femme sait faire « comme un homme », voilà le défi. La cheffe Adeline Grattard (Yam ‘Tcha, Paris) expliquait, lors d’une conférence sur les violences en cuisines organisée par Le Fooding et Atabula en 2014, qu’elle avait dû « porter des gamelles énormes pour prouver sa capacité à diriger une cuisine ». Quant aux petits gestes et phrases salaces, elles sont légion. Toujours Adeline Grattard : « Combien de fois on m’a demandé de porter une chemise transparente, histoire de… » Dans un monde masculin, jeune et dans lequel la promiscuité est omniprésente, la femme joue un double rôle selon beaucoup de chefs : soit elle pacifie la brigade, soit elle l’excite… Selon nos informations, une agression à caractère sexuel a eu lieu il y a quelques mois dans un établissement triplement étoilé de la capitale. En cause : un second de cuisine qui aurait coincé une jeune commis dans la chambre froide. Rapidement, l’affaire s’est réglée dans le bureau du chef. Surtout, ne pas faire de vagues… Et dans les écoles, les femmes sont-elles présentes ? Oui, et de plus en plus. En cuisine comme en pâtisserie, le métier fait rêver une nouvelle génération de jeunes femmes qui se reconnaissent dans quelques icônes télévisuelles. Les médias, justement, ont-ils un rôle dans cette histoire ? Assurément pour Maria Canabal. « Les femmes ne sont pas médiatiques parce que les médias ne parlent pas d’elles et les investisseurs ne misent pas sur elles », juge la journaliste, auteure et la fondatrice du Parabere Forum, un réseau de quelque 5 000 cheffes du monde entier. Selon elle, un frein à la présence de femmes peut être l’ambiance militaire des cuisines, ainsi que des « stéréotypes très ancrés ». « Y compris dans les écoles de cuisine, on dit aux filles « tu vas avoir ton diplôme mais tu ne vas pas résister. » Évoquant aussi la question du harcèlement, Maria Canabel assure que « tous les environnements ‘male dominated’ sont des endroits potentiellement à risques pour les femmes. » Autre cause, très différente, de la non-présence des femmes : la femme est… femme. « Il y a aussi un facteur d’ordre sociétal : quand la femme devient mère de famille, si elle n’est pas entourée, elle doit faire un choix » explique Anne-Sophie Pic, mère d’un jeune garçon. Dans un documentaire réalisé 2017 par la réalisatrice Vérane Frédiani, la cheffe triplement étoilée précise sa pensée : »Cela m’a révélé la nécessité de parler un peu plus des femmes. Jusqu’à maintenant, j’ai tellement travaillé pour qu’on oublie que je suis une femme, c’est terrible à dire, pour que les hommes m’acceptent, en tant que chef dans le milieu. » Toutes le reconnaissent, il faut avoir un fort tempérament pour s’imposer dans ce milieu. « Beaucoup de chefs propriétaires de leurs établissements se croient tout-puissants. Il y a un machisme pur et dur », juge ainsi la cheffe brésilienne Alessandra Montagne qui a travaillé dans plusieurs restaurants avant d’ouvrir à Paris ses propres établissements. « Mais il ne faut pas prendre les choses au pied de la lettre. Moi quand on me dit, « tu ne sers à rien », je ne me laisse pas abattre, je continue », lance-t-elle.

« C’est une question de temps »

D’où viendra l’embellie pour les femmes en cuisine ? Nul doute que les mentalités doivent changer. Nul doute également que les influenceurs – média, classements et guides – ont leur rôle à jouer. Mais comment faire sans tomber dans un sexisme ridicule. Faut-il vraiment conserver des prix comme celui de la « Meilleure femme chef » ? Les avis divergent. Michael Ellis estime qu’« elles ne sont pas forcément des chefs de cuisine, mais à mon avis c’est une question de temps avant qu’elles soient plus nombreuses à le devenir. » Fataliste le directeur des guides Michelin. L’année prochaine, le « rouge » sera probablement très attendu sur les futures cheffes étoilées.

[divider]Auteur[/divider]

Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP Relaxnews 

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le chef Arnaud Tabarec du restaurant Roof de l’hôtel Five Seas à Cannes nous raconte son quotidien lors du Festival de Cannes.

_____

LIRE TOUTES LES CITATIONS DU JOUR

200… mamas italiennes sur la chaîne Youtube « Pasta Grannies » / 500 000… canettes de New Coke réeditées pour la série Stranger Things

_____

LIRE TOUTES LES CHIFFRES DU JOUR

  • Regarde-moi, je mange !

    69% des Millenials prennent en photo leur assiette. Cela porte un nom e Corée du Sud : le Mok bang. Cela devient même un métier. ...