Le George V passe en mode « gastronomie responsable »

Attention, c’est la révolution de palais ou, plutôt, la révolution de palace ! Après une communication tous azimuts centrée sur Christian Le Squer, quête de la troisième étoile oblige, le prestigieux hôtel et ses trois tables annoncent se lancer dans une gastronomie responsable.


Alors que le guide Michelin a dévoilé lundi 5 février son palmarès des nouveaux restaurants étoilés, le Four Seasons George V, unique palace dans le monde à détenir cinq étoiles avec ses trois tables, annonce mettre en oeuvre un engagement concret pour inscrire une gastronomie responsable à sa carte. En voilà une bonne idée !

L’établissement de l’avenue George V veut mettre sa pierre à l’édifice d’une gastronomie responsable en élaborant son propre plan de bataille. Capitaine de la signature gastronomique du palace parisien, et breton de naissance, Christian Le Squer a décidé de s’engager dans une démarche écologique, à l’occasion des Initiatives océanes de Surfrider, le 26 février prochain. L’association lutte contre la prolifération des déchets aquatiques, en organisant par exemple un nettoyage des plages. Christian Le Squer en bottes et ciré jaune à nettoyer les plages, chiche ? De son côté, David Bizet, le chef de “L’Orangerie”, autre restaurant de l’hôtel, donnera des cours hebdomadaires aux clients de l’hôtel pour les sensibiliser à la cuisine des produits de saison. “Quelle plus belle manière de le faire qu’en offrant à nos clients un contact plus intime avec ces matières premières magnifiques ? Nous les cuisinons dans le plus grand respect des saveurs, des textures, et des saisons, et c’est ce que je souhaite transmettre aux passionnés qui suivront ces cours à nos côtés”, explique le chef étoilé. Enfin, la touche italienne du George V, Simone Zanoni, à la tête de la table “Le George”, dévoilera prochainement “un projet environnemental, locavore et social”. “Nous sommes en train de finaliser un projet magnifique, qui nous permettra d’allier saisonnalité et locavorisme de nos produits d’une part et traitement des déchets organiques de nos restaurants d’autre part. Pour la première fois, nous bouclerons ainsi cette boucle de la table à la table. Je suis convaincu que si chacun de nous ajoute sa pierre à l’édifice, nous pourrons avoir un impact réel pour les générations futures”, confie l’ancien collaborateur de Gordon Ramsay.

Simple positionnement marketing ou engagement réel de la part d’un paquebot mondial de la haute gastronomie ? Parce que l’on ne badine pas avec la gastronomie responsable, il faudra suivre précisément les démarches concrètes du George V et vérifier leur véracité.

[divider]À lire également[/divider]

https://www.atabula.com/2017/10/12/palais-de-tokyo-les-grands-verres-2/
https://www.atabula.com/2017/04/11/bertrand-grebaut-septime-a-propos-du-prix-du-developpement-durable-au-worlds-50-best-cest-tout-de-meme-fou-de-sentir-quil-y-a-plus-dechos-en-e/

[divider]Auteur[/divider]

Rédaction Atabula, avec AFP Relaxnews / © Grégoire Gardette

[siteorigin_widget class=”Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails”][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class=”Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails”][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class=”Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails”][/siteorigin_widget]

Haut de page