Le couscous pédale dans la semoule de sa paternité

Va savoir d’où il vient le couscous. Maroc, Tunisie, Algérie, Lybie, tout le monde ou presque bataille dur pour revendiquer la paternité d’un plat populaire qui a franchi les...
Va savoir d’où il vient le couscous. Maroc, Tunisie, Algérie, Lybie, tout le monde ou presque bataille dur pour revendiquer la paternité d’un plat populaire qui a franchi les frontières du Maghreb depuis bien longtemps. Désormais, la bataille est ailleurs et elle nécessite une entente cordiale entre les belligérants de la semoule : l’inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est un combat de cour d’école, ancien et récurrent : qui a créé le couscous ? C’est pas toi, c’est moi ! Et qui fait le meilleur ? Vaste débat qui dépasse de très loin la bataille enfantine et qui se déroule plutôt entre des ambassadeurs avides de reconnaissance. En 2016, l'Algérie se la jouait en solo Coup de froid sur plat chaud ? La tendance est […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant. Pour des abonnements groupés, contactez-nous par mail (contact@atabula.com) ou par téléphone (0143152617)