Du houblon cultivé à Paris dès le printemps prochain pour soutenir la filière brassicole

Du houblon sera cultivé sur dix sites de la capitale Paris dès le printemps, soit une plantation étendue sur un kilomètre de mur, à la fois dans l’espace public...

Du houblon sera cultivé sur dix sites de la capitale Paris dès le printemps, soit une plantation étendue sur un kilomètre de mur, à la fois dans l’espace public et à l’intérieur d’équipements municipaux.


Cette initiative visant à soutenir la filière brassicole s’inscrit dans la « nécessité d’une agriculture urbaine productive et respectueuse de l’environnement », explique Pénélope Komitès, adjointe chargée des espaces verts. Pour cette opération de végétalisation de la capitale, qui a fait l’objet d’un appel à projets, quatre brasseries parisiennes, une association, une entreprise spécialisée dans la conception et l’aménagement d’espaces agricoles sur toitures et balcons, et deux équipes de services de la ville seront à pied d’oeuvre pour obtenir une première récolte dès le mois de septembre. Le houblon est une liane grimpante, qui s’adapte bien au climat parisien et peut atteindre jusqu’à 10 mètres de hauteur en s’enroulant autour d’un support (corde, câble…). La ville de Paris a déjà annoncé, en juillet dernier, le lancement d’une bière brassée dans la capitale, produite au Bois de Vincennes avec l’association Brasseurs de France.

[divider]Auteurs[/divider]

Atabula avec AFP / © bogdanhoda/shutterstock.com

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...