Fermetures forcées des KFC au Royaume-Uni par manque de poulets : merci DHL !

Cher DHL,

Merci ! Merci d’agir pour la santé et l’équilibre nutritionnel de nos chers voisins d’outre-Manche. Certes, ce n’est que la conséquence de votre incompétence, mais qu’importe, le résultat est là : vous avez réussi à faire fermer quelque 450 KFC au Royaume-Uni mardi et même près de 600 lundi. Respect. Il n’y avait vraiment que vous pour y arriver.

Comment avez-vous fait ? En ne livrant pas la matière première : du poulet frais. Il faut dire que pour vous, c’est nouveau, puisque votre société venait de décrocher le marché et badaboum, le produit frais ne se livre pas comme un simple petit paquet. Ça fait désordre, certes, mais il n’y a que comme ça que l’on va dérégler le système trop huilé et trop néfaste.

En plus, ô malheur pour votre nouveau (ex ?) client, cela va durer un petit peu. L’enseigne américaine s’est fendu de plusieurs communiqués, dont un qui explique que les portes vont rester closes jusqu’à la fin de semaine pour de nombreux « restaurants ». Mais KFC se montre tout de même gentil avec vous. Un porte-parole de KFC vous défend même. Voilà ce qu’il dit : « Nous avons signé un contrat de livraison avec un nouveau partenaire, mais ils rencontrent quelques difficultés initiales, l'expédition de poulet frais dans 900 restaurants à travers le pays est assez complexe ». Comme c’est adorable…

Bien sûr, KFC est embêté pour sa clientèle accro au poulet pas bon. "Nous savons que cela a pu déranger certains d'entre vous ces derniers jours et vous décevoir lorsque vous vouliez votre poulet frit", a précisé la chicken compagnie. Déception ? Le mot est faible car d’autres poulets ont dû prendre la parole ! La police londonienne a tweeté : "S'il vous plaît ne nous contactez pas au sujet de la crise KFC - ce n'est pas un problème relevant de la police si votre restaurant préféré ne peut pas vous servir le menu que vous désirez". Triste décadence de notre société qui veut faire appel à la police pour recevoir sa dose de KFC... Face à ce séisme de magnitude volaillère, il fallait reprendre la parole et rassurer. John Boulter, le directeur général de votre client, s’est fendu d’un message rassurant en expliquant que KFC s'efforçait de « retrouver le plus vite possible un service de livraison normal. Nous nous engageons à améliorer cela progressivement afin de permettre à KFC de rouvrir ses restaurants au cours des prochains jours », a-t-il affirmé. DHL, t’as fait le boulot à moitié, mais tu l’as fait quand même. Reste à savoir ce que sont devenus les poulets non livrés. À la poubelle ou alors va-t-on les retrouver discrètement dans les prochains menus de KFC ? Allez, merci quand même !  

À lire également

Popeyes et son poulet frit débarquent en France et veulent griller KFC

Le très gros appétit de KFC qui veut ouvrir 300 nouveaux restaurants en France

Auteur

Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP / © Janelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.