Atabul’à table – Virtus (Paris)

Nom du chef

Chiho Kanzaki et Marcelo di Giacomo

Genre

Fine gourmandise contemporaine

Date du repas

20/02/18

Ville

Paris 12e arr.

Rue

29 rue Cotte

Téléphone

0980680808

À savoir

Fermé dimanche et lundi

Site Internet

virtus-paris.com

Notre repas

Après le très discret restaurant de la rue Crozatier, Virtus voit les choses en plus grand. Table laissée vacante après le rapide départ de Simone Tondo qui a pris « racines » ailleurs, Tondo s’est muée en Virtus. La nature a horreur du vide, le propriétaire des murs itou. Marcelo Julia a logiquement proposé au couple Chiho Kanzaki et Marcelo di Giacomo de déménager leurs fourneaux pour faire vivre une adresse qui a tout pour plaire : un espace généreux, plutôt bien foutu et bien placé.

Après trois mois d’ouverture, le pari est plus que réussi. Le duo Kanzaki-di Giacomo (passé par les cuisines de Mauro Colagreco) parvient à unir finesse, fraicheur, puissance et gourmandise. Un exploit rare et pourtant répété à chaque plat ou presque. Le « ceviche de mulet noir et clémentine » maitrise le gras, le frais et le croquant, tandis que les « Saint-Jacques et topinambours » sont une ode à la gourmandise millimétrée. Si les accords sont classiques sur cette proposition, ils se révèlent d’un plaisir tonitruant avec une irrésistible envie de « revenez-y », marque des grands plats. En à peine trois mois, Virtus a déjà trouvé sa clientèle – service complet en pleine semaine, et pendant les vacances scolaires – et un style gentiment décontracté en salle mais parfaitement professionnel. Service féminin souriant et agréable, sélection de vins tournée vers d’étranges étrangetés subtiles et surprenantes. Virtus a été une table discrète, presque fragile ; elle vient de prendre de l’assurance et du galon. La séduction opère totalement.

Sur la carte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.