L’Aupiho (Baux-de-Provence) : naissance officielle et festive d’une grande table provençale

Une étoile, ça se fête. Au Domaine de Manville (Baux-de-Provence), elle est tombée un petit peu par surprise. Non pas qu’elle ne semblait pas méritée – loin de là...

Une étoile, ça se fête. Au Domaine de Manville (Baux-de-Provence), elle est tombée un petit peu par surprise. Non pas qu’elle ne semblait pas méritée – loin de là -, mais c’est que le Michelin est venu… sans rien dire. Forcément, le doute s’était instillé dans toutes les têtes qui ne comprenait pas très bien cette ignorance et qui se posait mille questions sur les raisons d’un tel oubli. Autant dire que la toute jeune récompense, annoncée le 5 février dernier, a motivé les troupes comme jamais dans une maison qui déborde d’envies et de projets. La soirée du samedi 16 mars est venue confirmer que l’Aupiho – nouveau nom du restaurant gastronomique du Domaine de Manville – dispose d’un potentiel remarquable pour imposer une vision festive et gastronomique de la cuisine provençale contemporaine dans la région et bien au-delà.

Les chefs Jacques Marcon, Claude Legras et Bernard Bach à l'Aupiho réunis le samedi 10 mars

Une fête, il en fallait une pour signifier que le Domaine de Manville – qui compte un magnifique hôtel, un golf et un spa – entrait dans une autre ère culinaire. Un nouveau nom – L’Aupiho donc -, une nouvelle cuisine, immense et ultra-moderne, une toute neuve étoile et une équipe – la désormais fameuse « Team Manville » - prête à suivre un chef de cuisine qui sait se muer en chef de troupe. Derrière la panoplie tatouée et musclée de Matthieu Dupuis-Baumal, il y a un chef qui mise sur le collectif pour pousser plus haut « sa » cuisine. Symbole de ce « collectivisme » culinaire, l’ex chef de la Maison Troisgros a fait venir quelques chefs-amis pour festoyer : Bernard Bach (Puits-Saint-Jacques, Pujaudran), Claude Legras (Le Floris, Asnières, en Suisse) et Jacques Marcon (Restaurant Régis et Jacques Marcon, Saint-Bonnet-le-Froid). Au programme : non pas un énième repas assis où l’on s’embête rapidement, mais une déambulation gastronomique qui fait physiquement voyager les convives – environ 150 personnes – sur le Domaine pour découvrir les multiples accords mets et vins (Albert Mann, Roederer, Abbaye de Pierredon, Domaine de Trevallon, Martin Leroy-Terquem). Point d’orgue de la fête, les quatre chefs ensemble dans la cuisine principale pour envoyer « la strate de Turbot à la fondue de poireaux, sauce au vin blanc » et « l’agneau au foin en deux façons ». Les clients, présents également dans les cuisines où ils pouvaient déguster les plats, ont adoré ce moment simple, naturel et convivial.

Matthieu Dupuis-Baumal devant le feu sur lequel il cuit les "langoustines laquées accompagnées d'une soupe miso"

Une étoile a été fêtée, et cela s’est fait avec une belle générosité, sans chichis ni retenue. Désormais, dans son nouvel écrin, Matthieu Dupuis-Baumal entend développer sa cuisine, tournée plus que jamais vers la Provence, sans oublier son appétence pour le Japon qu’il met en avant dans un tout nouveau menu dédié. Avec l’émergence de l’Aupiho, une nouvelle grande table vient de voir le jour au Baux-de-Provence.

À lire également

Matthieu Dupuis-Baumal (Domaine de Manville) : « Ce titre de Grand de Demain récompense l’affirmation de notre identité culinaire »

Auteur

Franck Pinay-Rabaroust

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.