Vous ne rêvez pas : la marque « Le Guide Michelin » va vendre des ustensiles de cuisine en grandes surfaces

Avant-hier destiné aux voyageurs en voiture, hier destiné aux gastronomes qui rêvaient de belles tables étoilées, le guide Michelin est devenu aujourd’hui une marque pour… la ménagère de plus de 50 ans. Non, vous ne rêvez pas : le Bibendum vient de revêtir son grand tablier et son micro-cravate pour vendre en grandes surfaces ses ustensiles de cuisine. Eh, c’est qu’il faut trouver de l’argent pour le Michelin qui a compris qu’il n’y aura point de salut économique avec la vente de son guide papier. La diversification, tel est le mot d’ordre. Pour le pire et… pour le pire.

Un mortier et son pilon en granit pour 14,90 euros, ça vous tente ?

Une gamme de produits surgelés, des petits pots pour bébé ou des rouges à lèvres ?

Se diversifier donc, pour toucher une nouvelle cible marketing en déclinant la marque. Pour décliner, elle décline… Ce sont quelque 58 références d’ustensiles de cuisine estampillés « Le Guide Michelin » qui seront prochainement en vente dans les grandes surfaces de France et de Navarre. Qui n’a jamais rêvé d’une mandoline avec quatre lames interchangeables, d’un bac à aliments de 1,5 litre pour la modique somme de 19,90 euros ? Ça fait rêver ! Mieux encore : un mortier et son pilon en granit pour 14,90 euros ? Demain, nul doute que la marque « Le Guide Michelin » sera le partenaire de M6 Boutique, avec un guide Michelin offert pour 15 euros d’achats… Pour se singulariser dans les linéaires, entre les ballons en plastique à 1,99 euros et la promo sur les pots de Nutella, la marque a développé des présentoirs dédiés qui auront la forme de petite cuisine. Mignon, ça va être mignon…

Et la prochaine étape ? Une gamme de produits surgelés, des petits pots pour bébé ou des rouges à lèvres ? Après avoir dégradé son image à cause de ses sélections hasardeuses et inconséquentes, le Michelin se ridiculise en voulant se diversifier sur des créneaux qui ne sont pas les siens. Manifestement, le Bibendum abdique une nouvelle fois. Oui, Claire Dorland-Clauzel a eu raison de quitter la maison Michelin avant sa lente mais inévitable agonie.

Se curer les dents avec "Le Guide Michelin", c'est possible !

À lire également

Le guide Michelin France 2018 sous la barre symbolique des 50 000 exemplaires vendus ?

Auteur

Franck Pinay-Rabaroust

Une réponse

  1. quentin.batany

    Aie… Regard difficile sur cette adjacence du guide. Après tout, si les guides ne se vendent plus, pourquoi ne pas accompagner les consommateurs d’une manière différente? Est-ce seulement le changement de positionnement qui vous dérange?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.