Antoine Westermann revient sur la vente du restaurant Drouant à la famille Gardinier

Changement de propriétaire dans un restaurant parisien mythique : Antoine Westermann cède ce jour Drouant à la très gourmande famille Gardinier. Atabula – Vous avez racheté le restaurant Drouant...

Changement de propriétaire dans un restaurant parisien mythique : Antoine Westermann cède ce jour Drouant à la très gourmande famille Gardinier.


Atabula – Vous avez racheté le restaurant Drouant en 2006 au groupe Elior. Pourquoi le vendre aujourd’hui aux frères Gardinier (Taillevent, les Crayères) ?

Antoine Westermann – Ils m’ont sollicité pour reprendre le restaurant il y a deux ans par le biais du chef Olivier Roellinger. A l’époque, je n’étais pas mûr. C’est le cas maintenant. Drouant a besoin de sang neuf tous les 10 ou 12 ans. Je ne voulais pas donner cette maison n’importe comment mais j’étais au bout d’un cycle, comme avec mes trois étoiles Michelin rendues à une certaines époque. 

Avez-vous reçu d’autres propositions de rachat ?

Avec la famille Gardinier, nous étions faits pour nous trouver. Dès que nous nous sommes vus, nous avons signé un contrat de confidentialité. Dès lors, pourquoi courir plusieurs lièvres à la fois ?

Les frères Gardinier vont-ils maintenir le positionnement de Drouant ?

Ils m’ont demandé s’ils pouvaient conserver mon image pendant toute cette année donc vous verrez encore des signatures Antoine Westermann. Un jeune chef qui, paraît-il, a beaucoup de compétences, va diriger les cuisines.

Quels sont vos projets désormais ?

Il y a une vie après Drouant et je m’en réjouis. Le fait de quitter cette maison n’est pas un hasard : cela va me permettre de me dégager du temps pour faire mûrir les restaurants Coq Rico que j’aime beaucoup (son enseigne autour de la volaille présente à Paris et New York, ndlr). Lancer un deuxième établissement sur Paris notamment, ailleurs aussi. Mais je me donne du temps : je n’ai jamais été pressé, j’y vais toujours à mon rythme.

[divider]À lire également[/divider]

Antoine Westermann cède le restaurant Drouant à la famille Gardinier

1880-2018 : le restaurant Drouant par le menu

[divider]Auteur[/divider]

Propos recueillis par Ezéchiel Zérah

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Un commentaire
  • Robert Martin
    21 mars 2018 at 12:33
    Laisser un commentaire

    Bonjour Chef. Un ancien de Chez Drouant Place Gaiilon. Toutes mes felicitations pour votre success dans la restauration et vos 3 etoiles bien merite
    Robert Martin.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    « Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

    _________

    Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

    • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

      Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...