Pâques : 10 créations d’oeuvres d’art très chocolatées

Avec Pâques, les chocolatiers s’éclatent ! Créer, se différencier, se forger un nom et susciter le désir. Avec la galette et la bûche, les chocolats de Pâques sont l’occasion de découvrir une créativité débridée. La preuve en images.

________

Le homard de Jean-Paul Hévin / Le grand chocolatier défie les codes pascals en modélisant un homard en chocolat, perché sur un téléphone filaire, à l’image de ceux qui fonctionnaient par le passé. Cette création est conçue en chocolat noir et est garnie de fritures de chocolat noir et lait. A noter qu’elle n’est disponible que sur commande.
Les poissons de la Maison du chocolatb/ Nicolas Cloiseau, chef de la Maison du Chocolat, poursuit sa collection régressive basée sur une succession de couches en chocolat, de praliné, d’éclats de biscuits dentelle ou caramélisés. Pour cette édition pascale 2018, le chocolatier prouve aussi qu’il sait manoeuvrer les mots. Poisson-chat, poisson-clown, poisson rouge, poisson-scie, et reste le poisson…pané pour compléter cette gamme de bouchées chocolatées hautement addictives.
La famille lapin de Claire Heitzler / C’est une avalanche de mignonneries qui débarquent dans les boutiques Ladurée pour Pâques. La directrice de création file l’histoire de ses lapins trognons avec l’arrivée des progénitures du couple chocolaté. Pas moins de six couleurs sont au choix, en chocolat blanc, lait ou noir. Tous sont garnis de friture / Prix : 9 euros le lapin 11,5 cm / 25 euros le lapin de 17,5 cm / 80 euros le lapin de 27 cm
« Galaxio » de Michaël Bartocetti / Riche de son imagination sans limite, le chef du Shangri-La Hotel transforme l’oeuf de Pâques en vaisseau, en écho à l’exposition « Artistes & Robots » qui se déroulera au Grand Palais ce printemps. La création a imposé pas moins de six mois de travail. La gourmandise est en chocolat noir 66% parsemé de graines de kasha, de noisettes caramélisées et fleur de sel, et est garni de friandises. Le capitaine est pour sa part conçu en chocolat au lait / Prix : 78 euros, en édition limitée jusqu’au 5 avril
Les geishas du Buddha-Bar Hotel Paris / A l’occasion de Pâques, l’hôtel asiatique associe coutumes française et nippone en transformant l’oeuf en geisha, ou plutôt en kokeshis. Ces petites poupées de bois sont des porte-bonheur au Japon. Au Buddha-Bar, elles se croquent en chocolat noir Andoa 70% ou au lait Jivara / Prix : 64 euros (à commander à l’avance)
Les oeufs peints de Jacques Genin / Si les enfants ont droit à des oeufs rigolos pour Pâques, les adultes aussi peuvent croquer dans des formats adaptés à leurs attentes, à l’image des oeuvres de Jacques Genin qui collabore avec Corinne Jam. Le chocolatier moule les oeufs tandis que la peintre leur donne une âme avec son coup de pinceau. Les oeufs donnent l’impression d’être de véritables toiles sur lesquelles l’artiste s’est exprimée / Prix : 79 euros
La sucette de François Perret / Les pâtissiers prennent goût à traiter du thème de l’enfance au moment de Pâques. Le chef pâtissier du Ritz, à Paris, décline la célèbre sucette en une bouchée de gourmandise. Avec sa coque en chocolat noir du Venezuela, doublée d’une couche de chocolat au lait, le bâtonnet délivre un moment réconfortant grâce à une surprise en forme de noisette et d’amande caramélisées ainsi qu’un coeur en madeleine / Prix : 85 euros
Les tortues marines de Lenôtre / Comment associer gourmandise et sensibilisation à la préservation de la biodiversité ? Difficile de réussir ce pari lors d’une occasion comme Pâques. Guy Krenzer, le directeur de création, ose pourtant alerter sur la fragilité des tortues marines qu’il a eu l’opportunité d’observer depuis l’île de… Pâques. Le reptile prend les traits de différents personnages enfantins, tous en lien avec la mer : Calice, la tortue de mer, Chléa la plongeuse, Crush le surfeur… Toute une histoire / Prix : 52 euros le personnage seul / 195 euros la saynète
L’oeuf infiniment grand de Pierre Hermé / 85 cm de hauteur. 22 km de chocolat. Les mensurations de l’oeuvre de Pâques du Picasso de la pâtisserie laisseront rêveurs tout « chocoholics » qui se respectent. Derrière sa parure en dentelle ajourée se cachent pas moins de trois kilos de petits oeufs en chocolat à croquer / Prix : 1 700 euros (sur commande uniquement)
Les super héros de Christophe Michalak / Fan de l’univers des super héros qui inspirent son monde sucré, l’ex-chef pâtissier du Plaza Athénée a constitué sa propre écurie, dont les personnages ont pour point commun d’avoir des formes rigolotes. Leurs noms : super fayot, super cool et super fan. Tous sont constitués de chocolat au lait et garnis de friture / Prix : 30 euros

________

Sur le même sujet → Podcast – Le business de la tablette de chocolat / Stéphane Bonnat (chocolatier) : « Il n’y pas d’appellation légale dans le chocolat car tout le monde s’en fout » / Un hasard, un coffre-fort et des secrets bien gardés : la drôle histoire du chocolat rose de Barry Callebaut

________

Auteur → Rédaction Atabula, avec AFP Relaxnews / © Pierre Hermé – Roméo Balancourt – Matthieu Cellard – Manuel Montalban Conseil – Delphine Michalak

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page