Violences en cuisine devant le tribunal : un chef pâtissier et un commis accusés de « violences sur mineur »

« Violences sur mineur », tel est le chef d’accusation concernant des faits reprochés à Juan Leiro et Maël Hallot devant le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence. Les deux hommes sont respectivement chef...

« Violences sur mineur », tel est le chef d’accusation concernant des faits reprochés à Juan Leiro et Maël Hallot devant le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence. Les deux hommes sont respectivement chef pâtissier et commis au Château de la Pioline, table étoilée du chef Pierre Reboul située à Aix-en-Provence. La victime présumée est un jeune apprenti de 15 ans, humilié, giflé et enfermé (quelques minutes) dans une chambre froide. Une simple « taquinerie » pour les deux prévenus. Le procureur, lui, a requis un an et six mois de prison avec sursis.

Pour le chef Pierre Reboul, contacté par Atabula, « il s’agit d’une histoire montée de toutes pièces. Tout mon personnel est outré par cette situation. Si j’avais le moindre doute sur leur comportement, je ne les soutiendrais pas. » Passé par les cuisines de Michel Chabran, Jacques Pic ou Michel Rostang, Pierre Reboul assure avoir connu personnellement certaines violences en cuisine, mais il estime que « l’époque a changé ». Et demande simplement que la justice fasse son boulot, « sans se contenter de juger à charge ». Réponse de ladite justice en octobre prochain.

Info Plus → À New York, les chefs Hervé Riou et Eric Ripert ont lancé une charte de bonne conduite pour éviter de telles déviations. La charte a été adoptée par diverses associations culinaires françaises aux Etats-Unis (Académie culinaire de France, Maitres cuisiniers de France, Société culinaire philanthropique), qui la font signer à leurs nouveaux membres. L’un des objectifs serait désormais de convaincre le maire de New York, Bill de Blasio, de diffuser la charte dans toutes les cuisines de la ville. Un exemple à suivre car il serait faux de croire que le problème est aujourd’hui réglé.

 

________

Auteur → Rédaction Atabula / © wip-studio

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
2 Nombre de commentaires
  • guy.marchetti
    22 mars 2018 at 9:54
    Laisser un commentaire

    Bonjour, Une simple « taquinerie »!!!!!! Cette expression me rappelle les intervenants lors d’une conférence à Paris organisé par Atabula (si je me souviens) ou sur les plateaux télé (FR3) qui ont osé traité du sujet.
    Cette expression me donne la nausée!
    Merci Atabula pour cette info!

  • AlainQ
    25 mars 2018 at 9:57
    Laisser un commentaire

    Les parent de Nordahl Lelandais n’avaient aucun doute non plus sur l’innocence de leur fils…

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.