Le torchon brûle autour du titre de Meilleur Ouvrier de France

Avec son mouvement intitulé « 100 MOF en colère ! », Christian Janier, Meilleur ouvrier de France (MOF), maître-fromager à Lyon et président des MOF Fromagers, a lancé un énorme pavé dans la chaude mare du concours des meilleurs ouvriers de France. Dans le viseur : le Comité d’organisation des expositions du travail (COET), organisatrice du concours, qui rabaisserait volontairement le titre. Mensonges pour les uns, menaces et terreur pour les autres, la crise ouverte pourrait laisser des traces et remettre en cause un concours presque centenaire.

________

Dans un concours d’éloquence, les deux feraient la paire. Pour l’instant, ils font plutôt dans la dissonance, voire l’agressivité réciproque à peine dissimulée. Entre le président des MOF fromagers, Christian Janier, et Jean-Luc Chabanne, secrétaire général du COET, c’est à couteaux tirés. « Nous ne voulons pas de surenchère dans les attaques, mais il y a des limites dans les fake news » explique calmement Jean-Luc Chabanne, en référence aux propos tenus par Christian Janier dans le magazine Lyon Capitale. Lequel n’y va pas avec le dos de la cuillère. En très résumé, ça donne ça : Le COET veut « abaisser le niveau des épreuves » ; ils veulent « avoir rapidement 3 000 à 4 000 MOF par concours contre 250 à 350 » actuellement ; moins d’épreuves demandées par le COET « au détriment de la qualité du concours » ; « Tout a été fait pour évincer les MOF du concours » ; le financement par des partenaires privés d’un concours de l’éducation nationale ne serait pas forcément « légal » et « cela pose des problèmes de valeurs ». Des propos qui font mouche. En quelques jours, la page Facebook « 100 MOF en colère ! » compte déjà plus de 2 600 membres. Pour le COET, il faut y voir un réflexe corporatiste et conservateur, « à tendance poujadiste » qui refuse d’évoluer et de moderniser un diplôme qui remonte à 1924. « Quand il y a du changement, il y a toujours de la résistance. Là, ce ne sont pas les branches professionnelles qui sont contre nous, mais certaines classes de MOF qui veulent préserver leur pré carré et préserver l’entre-soi, avec un sentiment évident de supériorité » assure Jean-Luc Chabanne. Alors, les MOF sont-ils vraiment écartés des jurys de classe, rouage central pour obtenir le précieux diplôme, comme l’avance Christian Janier ? Faux, archi-faux selon le COET. « Le décret explique qu’il faut des jurys avec 50% de MOF et 50% d’experts qui ne sont pas MOF. Ce quota est important. S’il y avait plus de 50% de MOF dans un jury, nous serions attaquables ». Son de cloche différent de la part du MOF fromager : « Le décret ne dit pas qu’il faut 50% de MOF, mais que le maximum autorisé est de 50%, ce qui n’est pas du tout la même chose ». Ce qui semble être la stricte vérité. Le décret 2017-87 du 26 janvier 2017 relatif au diplôme « Un des meilleurs ouvriers de France » dispose clairement, dans son article 8 que « Le nombre de titulaires du diplôme “ Un des meilleurs ouvriers de France ” ne peut excéder la moitié des membres du jury. » Ce qui fait dire à Christian Janier que « au fil du temps, les professionnels sont retirés du concours pour faire place à des gens de l’éducation nationale ». Pire, l’homme accuse que dans d’autres classes, l’incompétence règne : « Dans le jury de la classe Esthétique, certains membres n’avaient aucun diplôme en… esthétique ! ». Faut-il croire que la gronde anti-COET dépasse le cadre des fromagers ? « Nous avons actuellement surtout des soucis avec deux classes : les charcutiers-traiteurs et les fromagers assure Jean-Luc Chabanne. Sur les 232 classes-métiers, la grogne est faible. » Là encore, tout semble différent du côté de Christian Janier qui assure avoir été contacté par de nombreuses responsables de classe ces derniers jours, que ce soit les poissonniers, les graveurs, les maréchaux-ferrants, les bouchers, les fleuristes… En cause, la réduction des moyens et le dévoiement de la qualité du concours, indigne du MOF : « C’est bien simple : pour le concours des maréchaux-ferrants, il n’y avait pas de cheval ! Pour celui des coiffeurs, par manque de moyens, les coupes se sont faites sur des modèles en plastique et non pas sur des modèles vivants comme cela se fait normalement. On retombe au niveau CAP » tonne Christian Janier. Combien coûte la mise en place d’un concours ? Les prix varient mais, pour la classe cuisinier, le montant pour l’ensemble du concours (qualification, épreuves, etc.) serait de 116 000 euros selon le COET, « et 87 000 euros pour la seule épreuve de qualification du MOF Fromager » tacle au passage Jean-Luc Chabanne. Selon certaines estimations, le montant global des concours MOF, qui ont lieu tous les trois ans, tournerait entre quatre et cinq millions d’euros. « Pauvre France. Si notre pays n’est pas capable de dégager une telle somme pour faire vivre correctement ce diplôme qui véhicule une si belle image de notre pays à l’étranger s’étrangle Christian Janier. Ce n’est même pas le prix d’un missile militaire que l’on tire en Syrie. »

Alors, bradé le diplôme de MOF ? « Il faut arrêter de raconter n’importe quoi et d’accuser le COET. Il y a des textes règlementaires très clairs qui régissent le concours et ils ne bougent pas. Ce sont les branches professionnelles qui posent les référentiels métiers. Et seuls les membres des jurys professionnels sont habilités ensuite à fixer le niveau requis pour obtenir le diplôme » assure Jean-Luc Chabanne. Et de rappeler que la surenchère pour passer le concours est malsaine. Selon lui, certains candidats sont obligés de sortir jusqu’à 15 000 euros pour préparer les épreuves. « Une rupture d’égalité manifeste » pour le secrétaire général du COET. À chaque concours, ce sont près de 250 à 350 candidats qui repartent avec le col bleu-blanc-rouge. Selon le MOF fromager, le COET rêve d’en récompenser quelque 3 000 ou 4 000 à chaque fois. « Là, c’est le grand n’importe quoi rigole Jean-Luc Chabanne. Ce chiffre, c’est le nombre de candidats. Pourquoi voudrions-nous que chaque candidat devienne MOF ; on marche sur la tête. Actuellement, entre 5% et 10% des candidats deviennent MOF, aucune envie que cela passe à 100% ! » Et de souligner, non sans malice, que certains MOF veulent limiter au maximum le nombre de porteurs du célèbre col pour mieux valoriser économiquement leur position. « 3000 MOF ? Oui, je maintiens, cela a été dit à une réunion où le COET était présent. Je ne dis pas que l’on va passer du jour au lendemain de 350 MOF en une session à 3 000, mais au fil du temps, cela est tout à fait possible. Il suffit de regarder ce qui a été fait pour le baccalauréat. J’ai connu un taux de réussite au bac qui était autour de 50% ; maintenant, nous sommes à 88%. Les bacheliers sont-ils pour autant meilleurs ? » assène Christian Janier. Lequel regrette aussi le virage partenarial du MOF. « Faire appel à METRO, c’est à l’antithèse des valeurs que nous défendons nous les artisans. » « METRO n’a pas versé un centime au COET précise Jean-Luc Chabanne. C’est une aide matérielle non négligeable pour nous. Il n’y a aucun problème déontologique de notre côté. »

MOF Restauration collective ? → En 2016, une dépêche de l’AFP affirmait que, enfin, le titre de MOF en restauration collective allait voir le jour. Le syndicat national de la restauration collective (SNRC), était fière d’en parler lors des assises nationales de la restauration collective. Et puis… Plus rien ! Pourquoi ? À cela deux explications plus complémentaires qu’opposées. D’abord, certains chefs MOF ont vivement réagi, de peur que leur beau col bleu-blanc-rouge soit dégradé à cause d’une confusion entre les deux métiers. Ensuite, et selon le COET, parce que le titre de MOF est individuel et que la restauration collective souhaitait plutôt un titre collectif. La réflexion sur le titre de MOF Restauration collective demeure toujours d’actualité. Des réflexions sont menées et des études sont actuellement menées dans des écoles et des maisons de retraite pour analyser le fonctionnement d’une brigade. Par ailleurs, différents chefs ont été consultés, dont Thierry Marx et Michel Guérard.

Face à autant d’incompréhensions et de dissensions profondes, que va-t-il arriver à cette 26e édition du concours des MOF ? « Nous voulons avancer et défendre ce concours contre tout corporatisme exacerbé, et répondre aux attentes de la nouvelle génération qui regarde devant. Il est hors de question, au sein du COET, de baisser le niveau, de le banaliser et de participer à une certaine surenchère financière assure Jean-Luc Chabanne. Notre mission est de moderniser le MOF, c’est ce que nous faisons et ce que nous ferons dans l’avenir ». Compatible avec la grogne qui semble dépasser les « 100 MOF en colère ! » ? « Ce n’est même plus de la colère, mais de la tristesse explique Christian Janier. Depuis que je suis bénévole pour les MOF, j’ai passé plus d’heures à défendre ce concours qu’à le préparer ! Jusqu’à maintenant, il y avait un dialogue pour faire avancer la cause du concours. Désormais, il n’y a rien, les portes sont fermées. Tout ce qui fonctionne du côté du COET, ce sont les mails. Il m’est arrivé d’en recevoir plus de cinquante en une journée. Certains jours, je n’osais plus ouvrir ma messagerie. Je sentais une grosse pression sur mes épaules et il y a eu de nombreuses démissions pour échapper à une certaine forme de terreur. » À quand un MOF Communication et diplomatie ?

________

Sur le même sujet → Ça sent le gaz dans l’organisation des épreuves du MOF Fromager / « Tout le monde peut aspirer à devenir Meilleur Ouvrier de France » Pascal Caffet, nouveau président des MOF Pâtissiers Confiseurs

________

Auteur → Franck Pinay-Rabaroust / © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page