Gaggan, encore et toujours numéro un de l’Asia’s 50 Best version 2018. Et toujours contesté !

Le chef Gaggan Anand du restaurant éponyme

Il ne bouge pas ! Probablement très habile dans sa communication, le chef Gaggan Anand enchaine pour la quatrième fois, avec son restaurant « Gaggan », la pole position de l’Asia’s 50 Best Awards qui récompense, comme son nom l’indique, les 50 meilleures tables d’Asie.

« Total foutage de gueule »

La sauterie traditionnelle a eu lieu mardi 27 mars à Macao. Étaient présents de nombreux chefs parmi les plus influents du Japon, de Corée du Sud, de Singapour, de Chine, d’Inde, de Malaisie, de Thaïlande et des Philippines. Mis à part « Gaggan », la ville de Tokyo s’est invitée au festin des récompenses, avec quatre établissements placés dans le top 10, et 11 restaurants au total dans le classement. Les organisateurs citent « l’imagination fertile » et « l’intelligence culinaire » d’Anand comme autant de raisons de son succès renouvelé auprès des juges cette année. Chez « Gaggan », qui sert de la cuisine indienne progressive, le menu de 25 plats est rédigé entièrement en emojis, ce qui donne le ton du repas : ludique et moderne. L’un des plats emblématiques d’Anand, le « Lick it up » (« Lèche-le »), est par exemple une amusante interprétation de la chanson éponyme du groupe de rock Kiss, et comme son nom l’indique, il se déguste en léchant directement l’assiette. Sur celle-ci sont dressées des couches de petits pois, de fenugrec et de tomates exactement selon la même disposition que sur la « carte » des papilles gustatives de la langue.

Entrée du restaurant Gaggan (Bangkok)

Cette première place fait, comme souvent, quelques remous chez les professionnels. De nombreux chefs français, qui se sont rendus chez Gaggan, souligne plutôt une « table-gadget » sans aucun intérêt. un autre chef, qui souhaite garder l’anonymat parle d’un « total foutage de gueule ». C’est dit… Des jugements tranchés, qui rappellent ceux qui concernent un ex numéro un du classement mondial, l’Osteria Francescana, qui est très (très) loin de faire l’unanimité. Comme quoi, on peut être le meilleur restaurant d’Asie, voire du monde, et ne vraiment pas faire l’unanimité…

Parmi les autres grands gagnants de la soirée, on retrouve le chef Yoshihiro Narisawa, qui a remporté le prix des chefs, décerné par ses confrères ; Nicolas Lambert, de « Caprice » (Hong Kong), nommé meilleur pâtissier d’Asie ; et le restaurant « Ultraviolet by Paul Pairet » (Shanghaï), pour le prix de l’art de l’hospitalité. Le chef André Chiang a reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière, et Bee Satongun, de « Paste » (Bangkok), a été élue meilleure femme chef d’Asie. Ces deux prix avaient été annoncés en préambule de l’événement. Le classement est basé sur les votes de 300 critiques et journalistes gastronomiques, chefs, restaurateurs et gastronomes du continent asiatique.

Le classement des 10 premières tables  

01/ « Gaggan », Bangkok 


02/ « Den », Tokyo 


03/ « Florilège », Tokyo 


04/ « Suhring », Bangkok 


05/ « Odette », Singapour 


06/ « Narisawa »,Tokyo 


07/ « Amber », Hong Kong

08/ 
 »Ultraviolet by Paul Pairet », Shanghaï 


09/ « Nihonryori RyuGin », Tokyo 


10/ « Nahm », Bangkok 

________

Auteur → Rédaction Atabula, avec AFP Relaxnews / © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page