Les nouveaux médias food en France – A Poêle, podcast qui met les chefs à nu

La planète food s’agite côté médias depuis une poignée d’années, parfois même mois voire semaines, avec l’apparition de podcasts, sites en ligne, chaînes vidéo sur les réseaux sociaux et...

La planète food s’agite côté médias depuis une poignée d’années, parfois même mois voire semaines, avec l’apparition de podcasts, sites en ligne, chaînes vidéo sur les réseaux sociaux et revue imprimée. Cette semaine, place au podcast A Poêle.

________

Des années que le podcast existe en France. Mais le genre connaît un regain de popularité ces derniers mois notamment grâce au travail de studios indépendants de production. A l’instar de l’industrie de la mode, le phénomène touche également le milieu à fourchette. Parmi les nouveaux programmes qui se mangent, le podcast A Poêle lancé fin janvier. Le pitch ? Une conversation libre d’une grosse demi-heure deux jeudis par mois qui « met à nu les chef(fe)s de cuisine ». Michel Sarran (restaurant Michel Sarran – Toulouse), Céline Pham (cheffe indépendante passée par les résidences gastronomiques Fulgurances à Paris et Carousel à Londres) Alexandre Giesbert (Daroco – Paris), Tatiana Levha (Le Servan – Paris), Mathieu Rostaing-Tayard (Café Sillon – Lyon) ou encore le moins médiatique Thomas Chevrier (L’Orillon Bar – Paris) ont déjà accepté de passer sur le grill. Lequel est cultivé par la journaliste Julie Gerbet.

A 35 ans, l’intéressée travaille notamment pour Elle Paris, le guide du Fooding ou encore le magazine des aéroports de Paris. Si elle n’est pas accompagnée par un studio de podcast pour son bébé 100% autofinancé, elle fait cependant appel à une réalisatrice pour le montage. « J’écoutais des podcasts et je voulais faire quelque chose que j’avais envie d’écouter. C’est très égoïste comme projet. L’idée est de laisser la parole aux chefs… et de ne pas leur couper » indique Julie Gerbet, qui revendique 5 000 écoutes au total. A écouter notamment : l’émission consacrée à Alexandre Giesbert où ce dernier déroule ses maximes et décryptages de tendances. « La restauration à Paris, c’est un cycle assez court, il faut se renouveler tous les quatre ans. Soit on vend, soit on refait tous les trucs. Et il faut de la presse, beaucoup de presse ». « L’institution, ça n’intéresse que les touristes. Les Parisiens, eux, veulent des choses dans l’air du temps. Et l’air du temps change vite ». « La cuisine compte pour 30%. Il ne faut pas se concentrer que sur ça, surtout pas. C’est une erreur que trop de gens font. La lumière est un sujet. La lumière à fond le soir dans un resto, ça donne envie de partir ». Bref, À Poêle, ça s’écoute et ça se vit !

________

Lien → À Poêle le podcast

________

Sur le même sujet → Retrouvez tous les articles de la série « Nouveaux médias food en France »

________

Auteurs → Ezéchiel Zérah / ©A Poêle

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Si on avait ébauché le sujet en montrant qu’ils pouvaient être à l’origine de produits qui allaient améliorer la santé humaine, les gens auraient compris l’intérêt des OGM ! La génétique moderne et notamment le Crispr-Cas permettent d’effectuer des changements ciblés sur des gènes. Certains gènes de la tomate sont par exemple très bénéfiques pour augmenter le taux d’antioxydants dans le fruit, mais ils ne sont pas exprimés, car la plante n’en a pas besoin. On peut maintenant réveiller ces gènes, dans une optique de bienfaits de santé pour les humains. Il faut prendre le meilleur de l’agriculture traditionnelle et biologique et le meilleur de la science moderne, sans rien exclure. »

_________

Louise Fresco, ex-dirigeante de la FAO et aujourd’hui présidente de la Wageningen University & Research (Pays-Bas) interrogée au sujet de l’alimentation dans les colonnes du Point. / Lire l’entretien sur Le Point

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...