Laurent Encatassamy, boulanger réunionnais de 24 ans, remporte le prix de la meilleure baguette de tradition française

Il a seulement 24 ans et produit la meilleure baguette de tradition française ! Laurent Encatassamy, boulanger installé à Saint-Paul à la Réunion, a remporté mardi 15 mai le...

Il a seulement 24 ans et produit la meilleure baguette de tradition française ! Laurent Encatassamy, boulanger installé à Saint-Paul à la Réunion, a remporté mardi 15 mai le concours de la meilleure baguette tradition de France. Dans le cadre de cet événement organisé à l’occasion de la Fête du pain, les candidats devaient produire 40 baguettes tradition en 6 heures. Et à ce jeu-là, c’est donc Laurent Encatassamy qui a convaincu le jury constitué de six professionnels du milieu, dont Pascal Barillon lauréat 2011 de la meilleure baguette de Paris. À la tête d’une boulangerie-pâtisserie de 10 personnes, il succède à la japonaise Mei Narusawa.

Pour cette finale qui se déroulait dans la capitale, les six candidats étaient jugés sur « l’aspect, la couleur, le caractère croustillant de la croûte, l’arôme, la légèreté de la mie et le goût » expliquait Jean-Yves Gautier, vice-président de la CNBPF (Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française).

À l’instar de la pizza napolitaine, le monde des boulangers espère bientôt voir la fameuse « tradi » inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco. 

________

Sur le même sujetMahmoud M’Seddi, meilleure baguette de Paris 2018Pizza, café, baguette, champagne et maintenant le couscous : le grand fourre-tout politique du classement Unesco

________

Auteurs → Léandre Mage / ©La Parisienne

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...