Le New York Times s’offre une plume à fourchette en Californie

Alors que le prestigieux quotidien américain compte déjà un critique gastronomique à New York (Pete Wells, dont les publications de début de semaine nourrissent le paysage gastronomique national) ainsi qu’en Australie,...
Alors que le prestigieux quotidien américain compte déjà un critique gastronomique à New York (Pete Wells, dont les publications de début de semaine nourrissent le paysage gastronomique national) ainsi qu’en Australie, une nouvelle destination va être couverte dès cet automne, en l’occurrence la Californie. C’est la journaliste Tejal Rao, née à Londres de parents indiens et récompensée pour ses chroniques dans les médias Village Voice et Bloomberg News, qui a été choisie pour la mission et s’installera à Los Angeles. Une décision qui intervient alors que la Californie vient de perdre deux de ses journalistes gastronomiques avec le décès du légendaire Jonathan Gold (Los Angeles Times) et la retraite annoncée du critique du San Francisco Chronicle.

________

Sur le même sujetConnaissiez-vous… Jonathan Gold ?

________

Auteur → Rédaction Atabula / © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Si on avait ébauché le sujet en montrant qu’ils pouvaient être à l’origine de produits qui allaient améliorer la santé humaine, les gens auraient compris l’intérêt des OGM ! La génétique moderne et notamment le Crispr-Cas permettent d’effectuer des changements ciblés sur des gènes. Certains gènes de la tomate sont par exemple très bénéfiques pour augmenter le taux d’antioxydants dans le fruit, mais ils ne sont pas exprimés, car la plante n’en a pas besoin. On peut maintenant réveiller ces gènes, dans une optique de bienfaits de santé pour les humains. Il faut prendre le meilleur de l’agriculture traditionnelle et biologique et le meilleur de la science moderne, sans rien exclure. »

_________

Louise Fresco, ex-dirigeante de la FAO et aujourd’hui présidente de la Wageningen University & Research (Pays-Bas) interrogée au sujet de l’alimentation dans les colonnes du Point. / Lire l’entretien sur Le Point

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...