Franck Giovannini devient directeur du restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier

Indéboulonnable depuis 1995 à l’Hôtel de Ville de Crissier, Franck Giovannini vient de se voir confier la direction du restaurant suisse triplement étoilé par le conseil d’administration. Aux côtés...

Indéboulonnable depuis 1995 à l’Hôtel de Ville de Crissier, Franck Giovannini vient de se voir confier la direction du restaurant suisse triplement étoilé par le conseil d’administration. Aux côtés de Frédy Girardet à ses débuts, l’actuel chef de cuisine de l’établissement a poursuivi sous les ordres de Philippe Rochat puis de Benoît Violier, dont il avait pris la succession après son décès. Les actions possédées par l’épouse du cuisinier disparu, Brigitte Violier, au sein du restaurant ont par la même occasion été redistribuées aux actionnaires dont Franck Giovaninni fait partie depuis 2017. Il verra désormais son nom s’afficher au-dessus de la porte d’entrée du restaurant. La transition est donc achevée.

________

Auteur → Rédaction Atabula / © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Si on avait ébauché le sujet en montrant qu’ils pouvaient être à l’origine de produits qui allaient améliorer la santé humaine, les gens auraient compris l’intérêt des OGM ! La génétique moderne et notamment le Crispr-Cas permettent d’effectuer des changements ciblés sur des gènes. Certains gènes de la tomate sont par exemple très bénéfiques pour augmenter le taux d’antioxydants dans le fruit, mais ils ne sont pas exprimés, car la plante n’en a pas besoin. On peut maintenant réveiller ces gènes, dans une optique de bienfaits de santé pour les humains. Il faut prendre le meilleur de l’agriculture traditionnelle et biologique et le meilleur de la science moderne, sans rien exclure. »

_________

Louise Fresco, ex-dirigeante de la FAO et aujourd’hui présidente de la Wageningen University & Research (Pays-Bas) interrogée au sujet de l’alimentation dans les colonnes du Point. / Lire l’entretien sur Le Point

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...