Tribune – « Déplacer la Fête de la Gastronomie représente un hold-up politico-gastronomique » par Gérard Cagna

Annoncé depuis plusieurs mois, validé il y a peu, le changement de dates de la Fête de la Gastronomie est une erreur. Pire, il s’agit d’un véritable hold-up politico-gastronomique...

Annoncé depuis plusieurs mois, validé il y a peu, le changement de dates de la Fête de la Gastronomie est une erreur. Pire, il s’agit d’un véritable hold-up politico-gastronomique lourd de conséquences.

La Fête de la Gastronomie a objectivement et durablement trouvé sa place fin septembre depuis cinq années. Elle a permis, à travers des milliers d’événements, de mettre en avant la richesse culinaire française, la diversité des offres régionales et le savoir-faire de tous les professionnels des métiers en lien avec l’alimentation et la restauration. Et tout cela sans intérêt commercial : c’est une Fête où il n’y a rien à vendre. Ce n’était pas la moindre de ses qualités.

Gérard Cagna, « cuisinier-reporter » engagé.

Son mariage forcé avec l’événement Good France, programmé au mois de mars, constitue en réalité la mort de la Fête à court terme. Les intérêts de quelques-uns, froissés par l’indépendance de la Fête, ont pris le dessus sur l’intérêt populaire. Je regrette amèrement ce choix. Et je ne suis pas le seul. Car les bureaux politiques parisiens ne constituent pas la réalité du terrain en région et partout en France : faire cette Fête en septembre n’étais pas seulement inscrit dans le marbre de nos grands événements nationaux, c’était aussi une évidence au regard de la saison : les produits y sont encore magnifiques et divers, de Calais à Menton. L’intégrer dans un événement plus élitiste au mois de mars n’a aucun sens.

Il est donc nécessaire de sauver la Fête de la Gastronomie et la sanctuariser dans ses dates et son format actuels. Si, malheureusement, la situation est désormais bloquée pour l’année 2019, espérons qu’une prise de conscience générale, chez les professionnels et au-delà, permette de remettre la Fête de la Gastronomie dans le bon sens dès 2020.

________

Sur le même sujet → C’est fini : la Fête de la Gastronomie ne remettra pas le couvert en 2018 / Emmanuel Macron vient-il de signer l’arrêt de mort de la Fête de la Gastronomie ? / Sophie Mise (Fête de la Gastronomie) : « J’espère que la Fête profite au grand public et aux professionnels » / Davos de la Gastronomie, Ambassadeurs, Bourses… : les nouveaux projets de la « gastrodiplomatie » française / Fabius, Delga et Ducasse : la Fête de la Gastronomie est en danger

________

Foods’ Who → Gérard Cagna

________

Auteur → Gérard Cagna / © Frédéric Placent

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...