Après Bocuse et Robuchon, faut-il encore un « juge de paix » pour les chefs français ?

C’est une petite phrase qui en dit beaucoup sur l’univers des chefs. Dans une interview pour le journal Libération consacrée au récent décès de Joël Robuchon, le chef Pierre Gagnaire s’exprimait ainsi : « Après Bocuse, il aurait dû prendre le pouvoir parmi nous. Il aurait dû être notre juge de paix. » Contacté par Atabula, Pierre Gagnaire n’a pas souhaité répondre à nos questions. Pourtant, de tels mots prononcés par un chef aussi habile que lui ne sont anodins. Passée largement inaperçue – coupure estivale oblige -, cette phrase interpelle : un juge de paix pour les chefs français, qu’est-ce à dire ? Pierre Gagnaire dans le journal Libération → « Il était la rigueur poussée à son paroxysme. Chaque service était pour lui un … Lire la suite de Après Bocuse et Robuchon, faut-il encore un « juge de paix » pour les chefs français ?