Le tourisme oenologique comme option de développement rural durable

Lors de la troisième Conférence de l’Organisation mondiale du travail (OMT) sur le tourisme œnologique qui s’est tenue à Chisinau (République de Moldova) les 6 et 7 septembre 2018,...

Lors de la troisième Conférence de l’Organisation mondiale du travail (OMT) sur le tourisme œnologique qui s’est tenue à Chisinau (République de Moldova) les 6 et 7 septembre 2018, l’OMT a recommandé de faire une place au tourisme œnologique dans les politiques nationales de tourisme et de développement rural. Les deux journées de débat ont mobilisé des experts de 30 pays autour d’une priorité de l’OMT : accroître les avantages socioéconomiques du tourisme, en examinant des segments spécifiques tels que celui de l’œnotourisme. La Conférence a débouché sur un total de huit grands domaines d’action : stratégie et gouvernance en matière de tourisme œnologique ; partenariats ; participation des populations ; appui aux petites entreprises et aux entrepreneurs ; contribution de l’œnotourisme au développement rural ; études sur les tendances et les consommateurs ; renforcement des compétences ; et alignement du tourisme sur les objectifs de développement durable.

________

Auteurs → Rédaction Atabula / © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Si on avait ébauché le sujet en montrant qu’ils pouvaient être à l’origine de produits qui allaient améliorer la santé humaine, les gens auraient compris l’intérêt des OGM ! La génétique moderne et notamment le Crispr-Cas permettent d’effectuer des changements ciblés sur des gènes. Certains gènes de la tomate sont par exemple très bénéfiques pour augmenter le taux d’antioxydants dans le fruit, mais ils ne sont pas exprimés, car la plante n’en a pas besoin. On peut maintenant réveiller ces gènes, dans une optique de bienfaits de santé pour les humains. Il faut prendre le meilleur de l’agriculture traditionnelle et biologique et le meilleur de la science moderne, sans rien exclure. »

_________

Louise Fresco, ex-dirigeante de la FAO et aujourd’hui présidente de la Wageningen University & Research (Pays-Bas) interrogée au sujet de l’alimentation dans les colonnes du Point. / Lire l’entretien sur Le Point

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...