Gwendal Poullenec, nouveau patron des guides Michelin : est-ce la bonne personne au bon endroit ?

C’était en août 2011. Lorsque le guide Michelin annonça que son nouveau patron avait pour nom Michael Ellis, la presse s’était excitée. Quoi, un Américain à la tête du...

C’était en août 2011. Lorsque le guide Michelin annonça que son nouveau patron avait pour nom Michael Ellis, la presse s’était excitée. Quoi, un Américain à la tête du vénérable guide rouge ? Même si on avait déjà vu passer un Britannique à la barre (Derek Brown de 2000 à 2004), on touche ici à un symbole de l’Hexagone… Suite à l’annonce du départ de Michael Ellis en juin dernier pour rejoindre le groupe hôtelier dubaïote Jumeirah et au bye bye surprise d’Alexandre Taisne, Bibendum était sans capitaine jusqu’ici.

13h07 ce jour, un communiqué officiel dévoile le nouveau visage des 32 guides Michelin : il s’agit de Gwendal Poullenec*. Discret, l’homme n’est pourtant pas un inconnu dans la sphère du Tout Paris de la gastronomie et pour cause : 15 ans qu’il évolue dans le groupe Michelin. Un groupe qu’il a intégré au début des années 2000 diplôme de l’Essec en poche après un apprentissage comme auditeur financier au sein du cabinet Ernst & Young. C’est lui qui a piloté le lancement du premier guide Michelin Tokyo, écoulé à 300 000 exemplaires en trois semaines. Il lancera également les éditions Hong Kong, Kyoto et Osaka, travaillant d’ailleurs directement depuis la capitale japonaise pendant quatre ans. En 2010, il est nommé à la tête du développement digital (paradoxalement, on ne lui connaît pas de compte Instagram). Quatre ans plus tard, il est bombardé secrétaire général du guide. Dans son portefeuille d’activités, il est notamment porte-parole de la maison auprès des professionnels de la restauration. Il s’était ainsi exprimé publiquement lorsque celle-ci décida de communiquer sur ses tables au bon rapport qualité-prix (les Bib Gourmand).

De gauche à droite : Michael Ellis, Alexandre Taisne et Gwendal Poullenec (source : compte Instagram d’Alexandre Taisne)
En interne, Gwendal Poullenec est réputé hyper bosseur et habile négociateur pour nouer des partenariats, connaît le terrain et fait partie de la poignée de collaborateurs maison (hors inspecteurs) à vraiment s’intéresser à la gastronomie. Un Monsieur Loyal père de quatre enfants qui incarne parfaitement les valeurs Michelin. Une qualité à l’heure où la maison entend rassurer alors qu’elle a perdu ces derniers mois sa grande prêtresse officielle (Claire Dorland Clauzel, membre du comité exécutif du groupe), deux directeurs des guides (Michael Ellis et Alexandre Taisne) ainsi que deux responsables presse (Samuelle Dorol et Pierre-Albert Mazars). Cette nomination, une bonne nouvelle ? Oui. D’abord parce que même si l’intéressé a été biberonné au Michelin, son âge joue pour lui (38 ans). A l’heure où la gastronomie est mondialisée, sa connaissance de l’Asie notamment est un autre atout.

Cette désignation n’est donc pas une surprise, Bibendum ne comptant pas pléthore de CV tels que celui-là. Toujours est-il qu’un profil en externe aurait permis un peu d’air frais. Est-ce un caprice de journaliste ?  Si Michelin s’était, pour une fois, donné la peine de prendre des risques, peut-être aurait-il pu faire un coup en nommant… une femme par exemple. Histoire de faire parler d’une part et de s’ancrer davantage encore dans son époque. Après tout, son principal concurrent international, le 50 Best, est dirigée par une Française, Hélène Petrini. Le poste appelle un profil politique, capable de manier aussi bien la langue de bois qu’un inspecteur une fourchette. Maguy Le Coze ? La patronne du restaurant triplement étoilé Le Bernardin (Etats-Unis) connaît la scène culinaire sur le bout des doigts. Seul son âge élevé (73 ans) aurait peut-être été un handicap. Hélène Ribault ? La directrice marketing du groupe Ducasse Paris (36 ans) présente un parcours solide et sait ce que politique veut dire (son compagnon, Ismaël Emelien, est le conseiller spécial d’Emmanuel Macron) mais un élément fort de la galaxie Ducasse aurait fait grincer des dents. On pense alors à Florence Cane, ex-associée dé Yannick Alléno, deux fois trois étoiles au guide Michelin. Historiquement associée à un chef de cuisine, Cane est pourtant une working girl quadra respectée de Paris à New York.

Cessons les spéculations, Gwendal Poullenec étant en désormais en poste. Espérons simplement que ce profil d’apparence lisse et rangée ne préfigure pas un guide 2019 (et au-delà) qui le soit tout autant. Rendez-vous le 21 janvier pour le savoir…

*Qui, dixit la communication officielle, rapporte à Pascal Couasnon, directeur des activités gastronomiques et touristiques du groupe Michelin.

________

Sur le même sujetAlexandre Taisne quitte la direction des guides Michelin : le Bibendum vacille dangereusement

________

Auteurs → Ezechiel Zerah / © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »]
« , »after_widget »: » », »before_title »: »

« , »after_title »: » », »widget_id »: »widget-1-0-0″}} »>

[/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »]
« , »after_widget »: » », »before_title »: »

« , »after_title »: » », »widget_id »: »widget-1-0-1″}} »>

[/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »]
« , »after_widget »: » », »before_title »: »

« , »after_title »: » », »widget_id »: »widget-1-0-2″}} »>

[/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »]« , »after_widget »: » », »before_title »: »

« , »after_title »: » », »widget_id »: »widget-1-0-3″}} »>

[/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »]
« , »after_widget »: » », »before_title »: »

« , »after_title »: » », »widget_id »: »widget-1-0-4″}} »>

[/siteorigin_widget]

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »]« , »after_widget »: » », »before_title »: »

« , »after_title »: » », »widget_id »: »widget-1-0-5″}} »>

[/siteorigin_widget]

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.