Coup de gueule de Jean-François Mallet : « Simplissime ne s’adresse pas aux bobos du Marais »

Le 16 octobre 2017, la patronne de la Librairie Gourmande (Paris) Déborah Dupont dégainait une critique au vitriol à l’égard du photographe et ancien chef de cuisine Jean-François Mallet...

Le 16 octobre 2017, la patronne de la Librairie Gourmande (Paris) Déborah Dupont dégainait une critique au vitriol à l’égard du photographe et ancien chef de cuisine Jean-François Mallet et de ses livres Simplissime, véritable phénomène d’édition en France. « Injure », « désillusion », « dramatique » , « le compte n’y est pas du tout », « les deux derniers opus méritent largement une colère généralisée de la part des médias, des libraires et des acheteurs »… : l’ancienne juriste n’y était pas allée de main morte sur le site du magazine culinaire 180°. Contacté par nos soins juste après la missive, Jean-François n’avait à l'époque pas souhaité réagir. Il revient aujourd’hui sur cet épisode pour Atabula, « blessé par l’attaque ».

________

« Ce texte est un tissu de mensonges. Ce n’est pas l’émission radio On Va Déguster qui a provoqué la rupture de Simplissime en librairie même si, avec le reste des médias, elle a grandement participé au succès : j’avais d’ailleurs dit aux équipes de France Inter en arrivant en studio qu'on ne trouvait déjà plus le livre. Quelques jours après la publication de Simplissime, mon éditrice m’avait annoncé en regardant les bons de commande des libraires : 'Jean-François, tu viens de faire un best-seller.

La critique fait évidemment partie du jeu. Quand j’étais chef de cuisine de l’Elysée Lenôtre, François Simon (ex-critique gastronomique emblématique du Figaro) avait écrit que le dessert qu’on lui avait servi ressemblait à une vieille tête de singe. Mais là, cette tribune est méchante. C’est une cabale et je trouve cela dégueulasse. Ce n’est qu’une intuition, qu’un sentiment personnel mais je crois que ce n’est pas un hasard si elle a été publiée dans 180°. Il se trouve que la revue est tenue par un photographe que Saveurs refusait à l’époque de laisser partir en reportage à l’extérieur parce que c’était une personne qui faisait de la photo en studio contrairement à moi. Tout le monde n’est pas reporter. Il faut également savoir qu’une librairie gastronomique concurrente de la Librairie Gourmande, Appétit, a ouvert ses portes fin 2016. Or les deux initiatrices du projet sont des amies d’enfance, des intimes que je considère comme membres de ma famille. La Librairie Gourmande, je l’ai connue avant que cette dame ne la reprenne. J’allais là-bas pour me documenter.

Quant au passage sur le livre Simplissime destiné aux étudiants… J’avais reçu une vingtaine d’étudiants pour échanger avec eux et je leur avais demandé ce qu’ils attendaient. Ils m’avaient répondu : ‘On a un ou deux euros pour manger et on va acheter des boîtes de petits pois et des saucisses Herta'. Je sais ce que c’est : plus jeune, j’achetais des raviolis en boîte que je mangeais froids. ‘On adore les tacos. Ce qui nous manque aussi, ce sont les recettes de nos régions, une choucroute par exemple, mais on a qu'un micro-ondes et un four à 30 euros‘. J’ai donc acheté un four à 30 euros et une plaque électrique à 15 pour réaliser les recettes. Toujours dans cette optique populaire, je me suis également battu pour réduire le prix du livre original à 19,95 euros alors que c’est généralement le genre de titre vendu à 35. Cette dame me reproche de ne pas éduquer les gens mais je ne suis pas là pour ça : je réponds à ce qui les intéressent. Simplissime ne s’adresse pas aux bobos du Marais. »

________

LienLa tribune de Déborah Dupont sur le site de 180°

________

A lire aussi → Jean-François Mallet, le photo-reporter devenu Monsieur Simplissime

________

Fiche Food's Who → Jean-François Mallet

________

Auteurs → Propos recueillis par Ezéchiel Zérah / ©EZ

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LES PRIX ATABULA


LA PLATEFORME ATABULA


ATABUL'À TABLE


FOOD'S WHO