Le Train Bleu version Rostang : embarquement immédiat en images

Plongée photo au sein de l'emblématique buffet de gare parisien Le Train Bleu, dont l'assiette vient d'être revue par le chef étoilé Michel Rostang

Mercredi 26 septembre 2018, la rédaction d’Atabula était invitée à découvrir la carte du restaurant de l’emblématique Train Bleu (gare de Lyon à Paris), désormais signée par la famille Rostang. Zoom en images.

_______

Pâté en croûte de gibier et foie gras de canard (19 euros)


Un groom est désormais de la partie au Train Bleu. En plus d’accueillir les clients à l’entrée du restaurant et de porter les bagages, l’intéressé se veut également ambianceur en salle et déclame certains plats du jour ou le train bientôt en partance


Ravioles de Romans au bouillon de poule, cèpes, girolles et champignons des bois (26 euros à la carte, ici en format dégustation )


Haché menu de dorade et noix de Saint-Jacques, grecque de chou-fleur et coriandre fraîche, huile d’olive des Baux de Provence (35 euros)


Marbré de foie gras de canard, magret fumé et artichauts, velours d’artichauts et éclats de noisette torréfiés (32 euros)


Quenelles de brochet à la lyonnaise sauce Newburg à partager (35 euros)


Sole « bonne femme », moules, coquillages et racines d’automne (46 euros)


Médaillon de veau Foyot, jus de veau acidulé, fricassée de girolles et choux de Bruxelles, éclats de châtaignes de l’Ardèche (46 euros)


Crémeux de pomme Granny Smith, cœur coulant pomme-shiso, sablé breton et noisettes (18 euros)

A partager : omelette surprise flambée à la Chartreuse Episcopale, crème glacée vanille et chocolat (36 euros)


Baba bouchon au rhum et crème chantilly (18 euros)


Gérard d’Onofrio, patron de SSP (société qui exploite le Train Bleu et de nombreux autres restaurants dans les gares et aéroports en France) et Michel Rostang, chef deux étoiles à Paris et nouvelle caution des lieux


Michel Rostang et Jean-Pierre Hocquet, chef de cuisine du Train Bleu depuis 2004

________

Pratique → Le Train Bleu – Place Louis-Armand (gare de Lyon), 75012 Paris – 01 43 43 09 06 – www.le-train-bleu.com – Carte 72-99 euros, menus 49, 65 ou 110 euros

________

Sur le même sujetLa gastronomie en gare serait-elle définitivement condamnée à la médiocrité/ Buffet de la gare de Metz : lettre ouverte à Michel Roth / À quand un restaurant étoilé en gare ? Grand entretien avec Antoine Nougarède, patron de Retail & Connexions (SNCF) / A quoi va ressembler le futur buffet de gare de Rennes par Christian Le Squer ?

________

Auteur → Ezéchiel Zérah

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Si on avait ébauché le sujet en montrant qu’ils pouvaient être à l’origine de produits qui allaient améliorer la santé humaine, les gens auraient compris l’intérêt des OGM ! La génétique moderne et notamment le Crispr-Cas permettent d’effectuer des changements ciblés sur des gènes. Certains gènes de la tomate sont par exemple très bénéfiques pour augmenter le taux d’antioxydants dans le fruit, mais ils ne sont pas exprimés, car la plante n’en a pas besoin. On peut maintenant réveiller ces gènes, dans une optique de bienfaits de santé pour les humains. Il faut prendre le meilleur de l’agriculture traditionnelle et biologique et le meilleur de la science moderne, sans rien exclure. »

_________

Louise Fresco, ex-dirigeante de la FAO et aujourd’hui présidente de la Wageningen University & Research (Pays-Bas) interrogée au sujet de l’alimentation dans les colonnes du Point. / Lire l’entretien sur Le Point

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...