Robert Parker, l’homme du gros bois, a-t-il sauvé la tonnellerie française ?

Pas de bois, pas de bonne note !

Pas de bois, pas de bonne note ! Le célèbre critique américain Robert Parker, qui en pince pour la barrique, aurait-il sauvé le petit monde de la barrique française grâce à son amour pour les vins boisés ? Les avis divergent.

________

C’est ainsi : la France lui doit beaucoup. Et, plus particulièrement le secteur de la tonnellerie française. Mieux, le célèbre critique américain de vins Robert Parker serait à la base de l’essor de la tonnellerie française, à en croire le président de cette dernière. « Il y a une histoire de la barrique avant Parker et après Parker », insiste Jean-Luc Sylvain, qui a repris il y a près de 40 ans une affaire familiale moribonde, aujourd’hui PME prospère employant une cinquantaine de personnes. « Mon père avait un salarié et ne faisait pratiquement pas de neuf, que de la réparation et de l’entretien », raconte-t-il. « Je suis arrivé en 1980. Mon père me disait tout le temps : « je n’arriverai pas à la retraite ». La barrique était un récipient qui servait à transporter le vin d’un point A à un point B. On n’avait pas conscience de sa fonction d’élevage », poursuit Jean-Luc Sylvain.
Contrairement aux Anglais, « qui ont fait la réputation de Bordeaux, et aimaient les vins sur le fruit, le clairet », Robert Parker, « partisan des vins boisés, avec un goût toasté », encourage de fait, au fur et à mesure que grimpe sa notoriété, le vieillissement en barrique : « Ce qui a fait le succès de notre métier dans les années 1980, c’est que M. Parker a mis des notes. Si M. Parker n’était pas venu, on n’existerait plus », affirme Jean-Luc Sylvain. Parker, un devin du vin et du bois ?

Un constat que tempère Vincent Lefort, président du syndicat des merrandiers : « Plus globalement, l’essor de la tonnellerie est lié à la montée en gamme des vins du monde entier, dont le vignoble californien », juge-t-il. « Parker, c’est plus une conséquence, ce n’est pas lui qui a créé cette montée en gamme, il l’a plus accompagnée que déclenchée », estime Vincent Lefort.

Le célèbre dégustateur américain, qui avait mis en place un système de notation sur la base d’un maximum de 100 points et contribué à l’essor des grands vins de Bordeaux pendant plus de 30 ans au travers de sa revue The Wine Advocate, a revendu cette dernière fin 2012 à un consortium de Singapour et a depuis passé la main. Mais sa patte boisée continuer de marquer les esprits, les palais et le marché : si le marché français tient encore la route, les Chinois et d’autres ont flairé le bon filon et font de plus en plus de tonneaux.

________

Sur le même sujet → Tonneau français : les professionnels touchent du bois pour maintenir la filière

________

Auteur  → Atabula, avec AFP Relaxnews © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...