Coup de gueule – La Maison Bréguet (Paris 11e arr.) : méchant raté !

Pas un plat pour relever l'autre : un plantage intégral !
Comme quoi il ne suffit pas de quelques jolis produits pour faire une table réussie. Alors même que toutes les autres tables du restaurateur David Lanher (Racines, Racines des Près, Le Bon Saint-Pourçain…) tiennent plutôt bien la route, sa Maison Bréguet était totalement à la dérive le jour de notre déjeuner. La « simplicité et l’élégance » de la bistronomie revendiquées sur le site Internet n’étaient pas au rendez-vous. Une entrée (Tataki de thon, aubergine, soja) d’assemblage sans volume, un plat (risotto, safran et crème de parmesan) sans aucun intérêt et un dessert (Panna cotta cacao et sorbet mangue) qui ne relevait pas le niveau. Le tout pour 35 euros ; il y avait de quoi s’étrangler. Service à la va-vite et sans âme, belle salle volumineuse à moitié vide. Bref, un méchant raté.

________

Sur le même sujetDécouvrez toutes nos critiques Atabul’à table

________

Pratique → 8 rue Bréguet, Paris (11e arr.) – 0143380431 – www.maisonbreguet.com

________

Photographie → © FPR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Un commentaire
  • aurelie.pasquet
    8 octobre 2018 at 3:59
    Laisser un commentaire
  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    « Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

    _________

    Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

    • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

      Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...