Dersou : simple et complexe, le cocktail Sekine

La cuisine oxymorique de Taku Sekine
Il avait fait le buzz comme pas possible en 2014. En cause : des accords mets et cocktails ! Quatre ans après, ce genre d’accords est devenu monnaie courante dans de nombreux restaurants. Et Dersou est toujours debout, avec une formule qui n’a pas tellement changé. Il faut donc croire que l’idée du couple Taku Sekine en cuisine, et Amaury Guyot aux liquides tenait debout. Dans l’assiette, comme l’explique le chef dans un récent entretien publié sur Atabula, sa cuisine est « simple et complexe ». De la cuisine oxymorique donc.

Laquelle connaît des variations d’intensité – et d’intérêt – au fil des plats qui défilent sur la table. Mais, dans l’ensemble, l’offre séduit par une belle richesse gustative à chaque proposition. Pas de dressage tiré au cordeau, mais un melting pot de produits assemblés ; l’important, ici, c’est le goût. Les cocktails, eux, sont une totale réussite ! Frais, corsés, légers ou profonds, chacun a son identité. Et ils répondent parfaitement à la cuisine « simple et complexe » de Taku Sekine.

Éclairage discret (sombre) et volume sonore parfois très élevé, confort sommaire. Dersou, une table de genre !

________

Sur le même sujet Taku Sekine, l’homme qui dévorait les assiettes : entretien avec le chef de Dersou

________

Pratique → 21 rue Saint-Nicolas, Paris 12e arr. – Ouvert du mardi au vendredi (19h30 à 22h30), le samedi (12h00 à 15h00 et de 19h30 à 22h30), le dimanche (12h00 à 15h00 pour le brunch) – www.dersouparis.com

________

Photographie → © FPR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...