Le Comptoir Méditerranéen (Domaine de Chaumont-sur-Loire) : éloge du buffet convivial

Une table dans les jardins
On ne se rend pas au Domaine de Chaumont-sur-Loire (Loir-et-Cher) pour ses tables, mais pour ses exceptionnels jardins et ses installations d’art contemporain. Il n’empêche que le Domaine propose trois restaurants, un salon de thé et deux cafés pour les pauses gourmandes. Oublions Le Grand Velum, la table « gastro » du lieu (non testée) pour se concentrer sur le Comptoir Méditerranéen. Le pitch est simple : un plateau-repas avec un jus de légumes bio, un petit pot d’antipasti, des fruits frais et des glaces artisanales, puis un choix de quatre pâtes fraîches et sauces « maison » à volonté. Tarif : 18 euros pour les adultes, 10 euros pour les moins de 12 ans.

Rien d’exceptionnel, rien de renversant qui mériterait le détour ou le voyage, mais une cuisine fraiche et généreuse, des cuisiniers souriants et attentifs qui servent les pâtes qui chauffent encore dans leur bac. À la fin du repas, comme à la cantine, on va poser son plateau et jeter ce qui doit l’être (tri sélectif).

C’est une table bête comme chou, sans prétention, mais où la sincérité de l’équipe et la qualité des assiettes font que l’on y passe en famille le repas parfait avant de partir à la découverte des immenses jardins paysages du Domaine.

________

Sur le même sujet Découvrez toutes les tables chroniquées par Atabul’à table

________

Pratique → Domaine régional de Chaumont-sur-Loire (41150) – Ouvert tous les jours du 31 mars au 04 novembre – Formule à 18 euros (adulte) et 10 euros (moins de 12 ans) – www.domaine-chaumont.fr

________

Photographie → © DR

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...