Un collectif demande 330 millions d’euros par an à l’État pour la restauration collective.

Objectif : que les menus soient composés à 50 % de produits bio et de qualité