Michel Sarran : « À Toulouse, je ne suis pas le jeune qui arrive, mais le vieux qui reste »

Depuis 32 ans, Michel Sarran dirige son restaurant éponyme dans une ville en plein mouvement. Parrain de la cité mais à l’âme solitaire, tête de gondole médiatique mais grand discret, chef hors circuit mais qui rêve de s’engager pour la bonne cause, entretien avec un chef tout en paradoxe.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.
Haut de page