Guide Fooding 2019 : palmarès au féminin pluriel

Des femmes et encore des femmes dans ce palmarès très "famille" du Fooding

L’alimentation est politique, cela ne date pas d’hier. Mais année après année, la situation s’aggrave. Il faut désormais être politiquement correct, sauf à se prendre des tombereaux de reproches, voire d’insultes. En 2018, ne pas être un fervent militant de la cause féministe revient à être misogyne ! Côté bouffe, forcément, tout doit désormais s’assaisonner au féminin !

Le Fooding n’a pas voulu rater le coche, lui qui se veut toujours à la pointe des tendances. Meilleure table, fooding d’honneur et d’autres prix reviennent à des femmes. La question n’est pas tant de savoir si cela est mérité (probablement) mais il est incontestable que la subjectivité – revendiquée et assumée par les équipes dirigées par Alexandre Cammas – a joué cette année en faveur de la gente féminine. C’est un choix, il se respecte. En vedette cette année, la cheffe (ou chef, comme vous voulez !) Amélie Darvas et son Äponem. Tout le monde ne parle que d’elle, et le Fooding arrive presque en retard sur ce coup-là. L’impayable Thibaut Danancher, sur le site du magazine Le point est trop fier de lui (comme toujours !) en annonçant qu’il était l’un des premiers à s’attabler chez elle (disons juste que l’agence de com’ a bien fait son boulot…). L’ex-taulière d’Hai Kaï à Paris a déjà reçu des prix du magazine Le Chef, le titre de « Grand de demain » par le Gault&Millau et, probablement, l’étoile Michelin ne sera pas loin en janvier prochain.

Quant au Fooding d’Honneur, il tombe dans l’escarcelle des sœurs Levha, Tatiana et Katia, qui ne cesse de développer leurs affaires parisiennes avec Servan (11e arr.), Double Dragon (11e arr.) et Café Panache (9e arr.). Cette année, finalement, le guide a récompensé quelques nouvelles têtes mais, surtout, il a honoré la «famille » Fooding : Simone Tondo chez Racines (Paris 2e arr.), Laura Vidal à la Mercerie (Marseille) et le couple Grébaut-Pourriat avec leur « D’une Île » (« Meilleure maison de campagne), respectivement compagnon de Tatiana Levha et de Marine Bidaud, directrice associée du Fooding.

________

Le palmarès


PARIS

Meilleure table / Le Rigmarole (11e)

Meilleur sophistroquet / Sauvage (6e)

Fooding d'amour / Le Cadoret (19e)

Meilleur bar à délices / Déviant (10e)

Meilleur café du coin / Le Café du Coin (11e)

Meilleure bistrattoria / Racines (2e)

Fooding d'honneur / Tatiana et Katia Levha pour Servan (9e), Double Dragon (11e) et Café Panache (9e)

Meilleur bar d'auteur / Cravan (16e)

EN PROVINCE

Meilleure table / Aponem (Vailhan, 34)

Meilleurs sophistroquets / Maison Drouot (Maussane-Les-Alpilles, 13) ; La Mercerie (Marseille, 13) ; Pure & V (Nice, 06)

Foodings d'amour / Café des Alpes (Chatillon-en-Diois, 26) ; Le Garde Champêtre (Gyé-sur-Seine, 10)

Meilleure maison de campagne / D'une île (Remalard, 61)

________

Photographie → © DR

OPINION

LES DERNIERS ARTICLES

ATABULAB, LE LAB' D'ATABULA

LE CLUB ATABULA+

One Comment
  • Victoria
    12 novembre 2018 at 6:02
    Laisser un commentaire

    Est ce que quand ce sont les hommes à être primés on se pose la question de savoir si c’est mérité

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLICITÉ


    SNACK & STREET


    PUBLICITÉ


    LA PLATEFORME ATABULA