Le Crocodile (Strasbourg) : une envie de bien faire mais…

Disons-le franchement, il y a encore du chemin à parcourir pour un Crocodile qui semble hésiter entre plusieurs rives

Qu’il est bon de pénétrer dans ces tables remplies d’histoire, de sentir agréablement le poids des années, les services passés, les émotions ressenties. Le Crocodile fait partie de la grande histoire gastronomique alsacienne et française, auréolé fut un temps des trois étoiles au guide Michelin. C’est peu dire que la table a compté ! Le désir de son propriétaire, Cédric Moulot, est évident : faire renaitre le Crocodile, né en 1971 de l’union de Monique et Emile Jung. Pour cela, il a recruté un autre couple à la ville comme au restaurant, Sarah Benahmed et Franck Pelux.

L’histoire se répètera-t-elle ? Disons-le franchement, il y a encore du chemin à parcourir pour un Crocodile qui semble hésiter entre plusieurs rives : celle d’une cuisine réellement accrochée au terroir ou, au contraire, franchement voyageuse ; celle qui se veut gastronomique ou plutôt bistronomique. Le Crocodile claudique donc, ne sachant pas trop choisir. En salle, le service a tendance à en faire un petit peu trop, à l’instar de cette horrible habitude de vous coller derechef sous le nez un pot de sauce pour mieux la renifler. La première fois, vous avez un mouvement de recul ; la seconde, vous souriez par pure politesse. À la table en face, les convives ont eu l’air d’apprécier le manège intrusif.

Reste que, dans l’ensemble, l’expérience Crocodile n’est pas du tout aboutie. Le couple Benahmed-Pelux n’est là que depuis quelques mois. Espérons qu’il fasse les bons choix ; le Crocodile mérite de retrouver le bon chemin.

________

Pratique → 10 rue de l'Outre, Strasbourg (67000) - 0388321302 - Fermé le dimanche et le lundi - www.au-crocodile.com

________

Photographie → © FPR

OPINION

LES DERNIERS ARTICLES

ATABULAB, LE LAB' D'ATABULA

LE CLUB ATABULA+

Un commentaire
  • fredrihn
    21 novembre 2018 at 8:55
    Laisser un commentaire

    Un peu court, je trouve. On aimerait en savoir un peu plus sur ce qui vous a conduit à émettre ce jugement, hormis l’anecdotique histoire du saucier. Votre article sur l’Ambroisie était lui, autrement plus détaillé, et du coup, on pouvait plus facilement vous emboiter le pas en suivant votre argumentation.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.