« Je suis une dosette. Je vous en fais voir de toutes les couleurs ! » : la tribune choc qui attaque Nespresso et ses capsules de café

Son auteur n’est pas connu – il est même inconnu -, mais les réseaux sociaux s’en moquent bien puisque le sujet concerne tout le monde ou presque. En cause, les dosettes de café qui seraient chères, polluante et peu recyclées. Forcément, leadership oblige, c’est la marque Nespresso qui est visée.

Largement diffusée sur les réseaux sociaux, mais également sur de nombreux forums, la tribune (lire ci-dessous) a été écrite à la première personne, première personne qui prend la forme d’une capsule de café et qui relate tous ses défauts et méfaits. Selon le journal Le Monde, l’auteur de ce texte pourrait être un naturopathe habitant le sud de la France, mais ce dernier, contacté par le journal, dément. Sur le fond, Le Monde a mené une opération de fact-checking, revenant point par point sur la véracité des propos. S’il tempère certains arguments, le journal juge tout de même que les « dosettes de café en aluminium sont chères, polluantes et peu recyclées ».

________

Le texte de la tribune

Le séduisant George Clooney en use avec délectation dans un feutré, idéalisé et fantasmé.

Mes quatre grammes de café sont habillés d’une robe d’aluminium à la couleur de votre choix chacun y trouve son café, selon son goût et son humeur.

Le paradis au bout des lèvres, avec son arôme et surtout sa fameuse mousse !

Le raffinement ! Le luxe à portée de tasse. Quatre grammes de café à 0,40 euros, ça nous fait pour 1000 grammes de café 100 euros.

Oui, 100 EUR le kilo, c’est le prix du luxe, on ne va pas chipoter, ce serait petit.

Il faut, bien sûr, s’en donner les moyens. Je ne fais pas dans la dentelle avec mes habits de lumière en aluminium.

J’ai besoin de beaucoup d’énergie électrique fournie par de belles centrales nucléaires ou de très efficaces centrales thermiques.

Pour une tonne d’aluminium, j’offre quatre tonnes de rejets sous forme d’arsenic, de titane, de chrome, de plomb, de vanadium, de mercure, bref, de magnifiques boues rouges qui par exemple, grâce à une superbe canalisation terrestre de 55 km, glissent depuis l’usine Altéo de Gardanne jusqu’à la grande bleue. Et grâce à un autre beau tuyau de 7,7 km, je vais me balader, tenez-vous bien, jusqu’à 320 mètres de profondeur, tout au fond du canyon sous-marin de Cassidaigne dans le magnifique parc des calanques.

Tout ça, donne soif, je bois comme un trou de la bonne eau locale. J’en suis quelque peu fier, bien sûr, même si mes amis chinois et brésiliens font beaucoup mieux !

Maintenant, je vous invite à faire un petit tour dans la tasse : avec mes 1 000 tonnes de café par semaine, je suis le roi du marché ! Je fais ce que je veux. Je prends toutes les origines de café au cours le plus bas du moment. Je te mélange tout ça au mieux (au mieux financier, bien sûr).

De toute façon, je m’en sortirai toujours grâce aux arômes ajoutés. Vous savez bien, cette petite note de noisette si subtile !

Pour la torréfaction, je suis le champion : 1000°C en 90 secondes quand les autres (traditionnels) font avec 200/220 ° en 20 minutes. Et toc, bingo !

Le pompon, c’est la mousse qui persiste plusieurs heures quand les autres ne tiennent que quelques minutes. Là, la recette est secrète. Je vous en dis un peu, pas tout, juste un peu : un chouia de graisse animale, des additifs top secret, et c’est joué.

D’une manière générale, je me débrouille plutôt bien pour qu’on se souvienne de moi, car, malgré quelques tentatives poussives et gourmandes en énergie et en eau, je ne suis presque pas recyclé. Comme ça, vous pouvez me retrouver un peu partout sur la planète. J’aime bien les vortex océaniques, ça marche du tonnerre !

Franchement, « y’a photo » face, par exemple, aux petits producteurs du réseau « équitable » (pour ne parler que de ceux-là, car il y a bien d’autres petits producteurs qui ne font pas partie de ce réseau). Ils disent, qu’eux vendent 20 EUR le kilo les grands crus de café d’Éthiopie, de Madagascar, du Pérou, d’Équateur, du Honduras… Ils disent aussi que, grâce au « réseau équitable », ils ont un toit, une dignité et qu’ils peuvent envoyer leurs enfants à l’école afin qu’ils soient instruits et qu’ils aient un meilleur avenir… Mais, ont-ils vraiment besoin de lire, d’écrire, de calculer et de réfléchir alors qu’on le fait pour eux ?

Ah, j’oubliais !… J’ai aussi le record du plus grand taux de Furane.

Là, ne m’applaudissez pas car il arrive qu’on batte des records sans réelle volonté. Une recherche sur internet vous apprendra que le Furane est une substance organique (produit intermédiaire utilisé dans l’industrie chimique comme solvant pour les résines lors de la production de laques et comme agglomérant dans la fonderie). Volatile, lipophile et cancérigène pour le foie, le furane double de quantité lorsque le café ingéré provient de capsules plutôt que d’une cafetière classique, selon les scientifiques de l’université de Barcelone.

Capsules de café Nespresso : une dose de cancer à chaque fois.

________

Sur le même sujet Lire l’article fact-checking du journal Le Monde

________

Photographie → © Photo by Helena Yankovska on Unsplash

Afficher les commentaires (4)
  • Des paroles et des actes….

    Vous mettez des mots sur internet, facile!!!!!
    Lui met des actes par son travail et sa pugnacité, une autre dimension…..

    Vous devant votre clavier et votre écran, sur votre fauteuil, dans votre bureau bien chauffé.
    Lui devant son piano, à créer, au contact de ses clients, des fois très riches et emmerdeurs….Et à construire et à bâtir.
    Il a travaillé avec des centaines et des centaines de jeunes qu’il à formé (et peut être déformé suivant leur caractère)
    Mais il a laissé combien de ces jeunes qui se sont installés et qui sont devenus des chefs au plus haut de la gastronomie?
    Ah c’est vrai, vous allez peut être former un jeune gratte papier qui va vous faire concurrence dans la presse?

    Quand son restaurant est fermé, il construit.
    Toujours des projets….
    Il a raison ce sont les projets qui aident à vivre et à bien vieillir.
    Il arrêtera quand notre compagne avec sa grande faucilles viendra le chercher.
    Pour le moment, il ne fait d’ombre à personne.
    Au contraire, il vous donne l’occasion de pondre un article polémique pour faire mousser a t’a bu là, et vous fait « vendre du papier »
    Son caractère, vous auriez du vous y adapter depuis bien longtemps, ou l’oublier.
    Evidemment, vous vous inspirez de lui en travaillant vos textes comme lui ses assiettes, sucrés, acides, salés.
    Mais Monsieur, vous n’arrivez pas à la moitié, de la moitié de l’hauteur de sa cheville.
    Cet article sur Marc Veyrat ne vous honore pas.
    Triste à vous.
    Michel Gisard

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page