« Le réchauffement climatique met en danger notre métier » estime l’ostréiculteur Pascal Migliore

L'huitre, produit sensible au réchauffement climatique et autres pollutions, est en danger. Avec elle, c'est toute une économique qui souffre

À cause du réchauffement climatique, l’ostréiculteur Pascal Migliore a perdu 70% de sa production en 2018. Encore une année comme ça et il pourrait cesser son activité. Explication d’un danger qui menace toute la profession. 

________
Atabula – Le sud de la France a connu un important épisode caniculaire l’été dernier. Quelles ont été les conséquences pour l’élevage des huitres ?

Pascal Migliore – La canicule de l’été dernier a été très violente et longue : nous avions encore 36° fin septembre. Résultat : elle a provoqué la malaïgue (maladie de l’eau en occitan, ndlr). Concrètement, il y a eu beaucoup plus de gaz carbonique que d’oxygène dans l’eau. À certains endroits, il y a même 0% d’oxygène. Là où il y avait le moins d’oxygène, les huitres sont mortes et leur putréfaction a fait naitre un virus qui s’est largement propagé sur l’étang de Thau. Ce virus – contenu dans le plancton, virus totalement inoffensif pour l’homme) a provoqué soit la mortalité des autres huitres, soit une sorte de coma artificiel qui faisait qu’elles ne grossissaient plus. Pour tous les ostréiculteurs, les pertes ont été importantes. Pour moi, c’est 70% de ma production normale – environ 15 tonnes – qui a été touchée.

Le sud de la France est coutumier des fortes températures, y compris tard dans la saison. Pourquoi de tel dégâts cette année ?

La canicule tardive s’est doublée d’une absence de mistral. Or c’est le mistral, et le vent en général, qui permet d’apporter de l’oxygène. Par exemple, dans le bassin de Leucate, situé à 90 kilomètres de l’étang de Thau, les températures ont été les mêmes mais la tramontane a permis d’oxygéner l’eau. Ils n’ont subi aucune perte. Il y a cinq ans, nous avons connu le même phénomène caniculaire et c’est le mistral qui nous a sauvé tardivement. Or nous savons que, à cause du réchauffement climatique, nous allons connaitre de tels phénomènes de plus en plus souvent. Soit le mistral nous sauve, soit nous perdons notre production.

Les parcs de Pascal Migliore sur l’étang de Thau

Le réchauffement climatique met donc clairement en danger la production ostréicole ?

Complètement ! L’huitre est un animal extrêmement sensible aux changements climatiques et autres pollutions. Dans l’océan Atlantique, les mortalités sont moindres, mais nous voyons arriver des huitres plus petites. La cause est la même : le réchauffement.

Comment lutter contre ça ? Il n’existe aucune solution technique pour contrecarrer le réchauffement et la disparition de l’oxygène dans l’eau ?

Il existe des système – des turbines marines par exemple – mais ils sont très onéreux. Nous regardons ce qu’il est possible de faire, mais la solution miracle n’existe pas. La seule certitude, c’est que si nous ne faisons rien, nous allons droit dans le mur.


À lire → OSTRÉICULTURE : UNE FILIÈRE FRANÇAISE EN SURCHAUFFE MORTELLE

Est-ce que le fait de travailler des huitres diploïdes ou triploïdes pourrait changer la donne ?

D’après ce que nous voyons sur le terrain, cela ne changerait strictement rien. En fonction des endroits, les naturelles ont mieux résisté que les triploïdes, et inversement.

Comment envisagez-vous l’année 2019 ?

En 2018, je n’ai produit des huitres que sur deux parcs. L’année prochaine, j’envisage de mettre des naissains sur les quatre parcs que je possède. Au niveau de la trésorerie, c’est un investissement raisonnable. D’autre part, je réfléchis à la création d’une seconde marque, avec des huitres d’une qualité légèrement inférieure, ce qui permettrait de renforcer ma trésorerie. Mais si, en 2019, je me reprends le même coup de massue qu’en 2018, il y a de forte chances que je sois obligé d’arrêter mon activité.

________
Sur le même sujet PASCAL MIGLIORE (OSTRÉICULTEUR) : « LA TRIPLOÏDE EST UNE HUITRE 2.0, CRÉÉE DANS UN LABORATOIRE ET DANGEREUSE POUR NOTRE MILIEU NATUREL »PODCAST – LES HUÎTRES AUSSI SE METTENT AU BIOTOUT SAVOIR SUR L’HUÎTRE EN 10 QUESTIONS
________
Pratique → Lien vers le site des huitres Migliore
________
Photographie → © DR
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...