Pronostics Michelin 2019 : les 70 tables qui pourraient décrocher des étoiles, en partenariat avec l'agence Affectio
Advertisement

Pronostics Michelin 2019 : les 70 tables qui pourraient décrocher des étoiles, en partenariat avec l’agence Affectio

TABLES / MICHELIN 2019
________

Passage possible de 0 à 1 étoile

________

AIME, VIEUX VILLAGE DE MONTALBERT (73)

L’Union (près de la Plagne)

Attention révélation ! Le Michelin y a fait un repas remarquable (« un vrai coup de cœur ») et toute la région murmure le nom de Phil Howard comme un futur grand de la région. Dans son restaurant situé à quelques encablures de la station de ski de La Plagne, il réalise une cuisine haute en saveurs. Comme un joli flocon, l’étoile devrait tomber / Lien vers le site du restaurant

________

ALTKIRCH (68)

L’Orchidée

Le travail du chef Chatchai Klanklong a peut-être tapé dans l’œil des inspecteurs. Sa cuisine thaïlandaise contemporaine a été très appréciée par un tweet publié en juin dernier / Lien vers le site du restaurant

________

ARMENTIÈRES (59)

Nature

L’ancien chef de la Laiterie Nicolas Gautier s’en est allé faire Nature à Armentières. Certes, le Michelin est parfois long à la détente pour mettre des étoiles, mais il sait aussi facilement remettre les distinctions à ceux qui en disposaient avant. Cela pourrait être le cas pour ce chef adorable et très présent sur les réseaux sociaux / Lien vers le site du restaurant

________

AVIGNON (84)

Pollen

Joli parcours, beau pari et vrai savoir-faire : le chef Mathieu Desmarest semble très bien placé pour décrocher une première étoile dans sa nouvelle table Pollen / Lien vers le site du restaurant

________

BIDART (64)

Éléments

Élue meilleure table du Fooding 2018, et dans une sorte de jurisprudence « Chateaubriand », Éléments pourrait décrocher une première étoile. Restaurant improbable – situé entre un coiffeur et un opticien sur une route départementale, il a séduit les guides et la critique / Lien vers le site du restaurant

________

BOMMES (33)

Château Lafaurie-Peyraguey

Difficile de croire que la première étoile échappe au chef Jérôme Schilling dans son nouveau restaurant niché dans le Château Lafaurie-Peyraguey, lui-même posé au milieu des vignes. Cette table appartient au groupe Lalique, propriété de Silvio Denz, qui possède également la Villa Lalique à Wingen-sur-Moder / Lien vers le site du restaurant

________

BORDEAUX (33)

Hâ Restaurant

L’air de rien, dans son modeste restaurant de la rue du Hâ, le chef Grégoire Rousseau réalise une cuisine qui lui ressemble : droite, précise, gourmande, généreuse et sincère. Sont-ce les critères d’une première étoile ? Peut-être pas malheureusement, mais nul doute que cette table le mérite. Alors peut-être… / Lien vers le site du restaurant

________

BOURGET-DU-LAC (73)

Ageoca (73)

« Un restaurant discret, une cuisine élégante et créative d’un jeune chef… Tout pour plaire ! », tels sont les mots de l’inspecteur Michelin sur le fil Tweeter. Manifestement, la cuisine du chef Antoine Cevoz-Mamy, présent au Savoy-Hôtel depuis 2015, lui a tapé dans l’œil / Lien vers le site du restaurant

________

BREST (29)

L’Imaginaire

Imaginaire l’étoile ? Pas vraiment. Le couple Charlotte et Romain Pouzadoux a su développer leur restaurant brestois, et en faire une table de belle qualité depuis quelques années. 2019 pourrait être la bonne / Lien vers le site du restaurant

________

CAJARC (46)

L’Allée des Vignes

Un chef « fougueux et passionné », une « cuisine créative pleine de promesses », tels sont les mots du tweet de l’inspecteur. Cadre soigné, arts de la table recherchés et cadre remarquable, il n’en faut pas plus pour penser qu’une étoile pourrait tomber à l’Allée des Vignes du chef Claude-Emmanuel Robin / Lien vers le site du restaurant

________

CLERMONT-FERRAND (63)

L’Ostal

Une « cuisine très personnelle et pleine de sensibilité. On se régale. #bellesurprise » : l’appréciation de l’inspecteur est plus que positive chez Emmanuel Hébard, chef de L’Ostal / Lien vers le site du restaurant

________

ÉPINE (L’) (51)

Cuvée 31

L’ex restaurant Armes de Champagne a fait sa mue et se nomme désormais Cuvée 31. En cuisine, le jeune chef Jérémie Thébaut (32 ans) affiche déjà un sacré CV : Les Crayères, la Chèvre d’Or, le Plaza Athénée et un poste de second de cuisine chez Hélène Darroze. L’inspecteur a eu un « coup de cœur » chez Cuvée 31. L’étoile pourrait bien tomber cette année / Lien vers le site du restaurant

________

LAMBERSART (59)

Empreintes

Coup de cœur Atabula depuis bien longtemps, la table d’Ismael Guerre-Genton a séduit les Lillois, les Nordistes, la critique et bien au-delà. L’an dernier, déjà, l’étoile était attendue. Espérons que le Michelin ne rate pas ce très beau et bon restaurant / Lien vers le site du restaurant

________

LILLE (59)

Rozo

Un tweet en août qui parle de « recettes toniques et singulières » réalisées par « un duo gagnant » ; un autre tweet en octobre où on parle d’une « pépite » et d’une « cuisine étonnante aux assiettes singulières et riches en saveurs », sans oublier « un service professionnel ». Tout semble dit / Lien vers le site du restaurant

Le Vagabond

Son seul souci : l’instabilité. Pour le reste, il sait faire. Le « vagabond » Nicolas Pourcheresse enchaine les expériences professionnelles (Meert, le Clarance…). Il a déjà su glaner quelques étoiles sur son parcours. Pas impossible qu’elle tombe de nouveau en 2019 chez un chef qui se définit comme « pur, brut, ébouriffé, aventurier » et « à la belle étoile » / Lien vers le site du restaurant

Les Toquées

Un toqué à Toquées : Benoit Bernard est probablement le plus iconoclaste des chefs français. Revenu de Madagascar, le chef qui fut étoilé à La Laiterie (Lambersart) s’est posé à Lille avec quelques ambitions. Est-ce que le guide Michelin est capable de lui remettre une étoile aussi rapidement, après une ouverture en août dernier ? Pas totalement impossible… / Lien vers le site du restaurant

________

LYON (69)

La Mutinerie

Il a séduit le critique gastronomique de Lyon Capitale, il a séduit le Gault&Millau et Atabula : le chef Nicolas Seibold réalise une cuisine bluffante dans sa Mutinerie lyonnaise. Le Michelin pourrait y décrocher une première étoile méritée / Lien vers le site du restaurant

________

MARSEILLE (13)

Saison

Au fil des « Saisons », le savoir-faire du chef Julien Diaz s’affirme. Peut-être que le Michelin y posera une étoile. A voir / Lien vers le site du restaurant

________

MONTBAZON (37)

L’Évidence

L’ex Chancelière du chef Olivier Arlot est devenue L’Évidence de Gaétan Evrard (14/20 et deux toques au Gault&Millau). Cuisine précise, graphique et goûteuse, tous les ingrédients sont là pour raisonnablement penser qu’une étoile peut tomber dans ce village situé à quelques kilomètres de Tours / Lien vers le site du restaurant

________

MOUGINS (06)

La Place de Mougins

Trois toques et un joli 15/20 au Gaut&Millau, la table de Denis Fétisson a déjà reçu un bel adoubement du « jaune ». Jusqu’à maintenant, le « rouge » s’est tu. Pourtant, la cuisine du chef qui a roulé sa bosse dans de nombreux pays à travers le monde s’affirme de mieux en mieux / Lien vers le site du restaurant

________

PARIS

Abri (10e arr.)

Pour beaucoup d’amateurs de bonnes tables parisiennes, Abri est l’une des meilleures de la cité. La cuisine de Katsuaki Okiyama (ex Robucon notamment) déménage dans son restaurant de poche. Les codes sont 100% Fooding, donc pas vraiment Michelin. Mais si le Bibendum veut sérieusement faire peau neuve et réellement appliquer son principe que « seule l’assiette compte », alors l’étoile devrait tomber dans ce restaurant brut de décoffrage.

Abysse (L’) (8e arr.)

Paraît-il que le Michelin y a largement trainé ses guêtres. Une étoile, c’est sûr. Une deuxième directement ? Pourquoi pas. La table-comptoir à sushis du chef Yannick Alléno a séduit la critique. Attendons de voir ce que le Bibendum va en dire / Lien vers le site du restaurant

Baieta (5e arr.)

Après Les Fables de la Fontaine, la cheffe Julia Sedefdjian a repris l’ancien Itinéraires de Sylvain Sendra. Non sans talent. Cuisine généreuse (trop peut-être), service attentionné et cadre toujours agréable. L’étoile pourrait encore attendre un petit peu, comme elle pourrait tober dès cette année. A voir / Lien vers le site du restaurant

Capitaine (Le) (4e arr.)

Est-ce qu’avec un pedigree AAA (Arpège, Astrance, Ambroisie), l’étoile est promise ? Non bien sûr, mais la critique quasiment unanime et les bons mots du Michelin (« Un vrai coup de cœur… Baptiste Day fait des étincelles ») devraient lui garantir une belle récompense dans le guide 2019.

Condesa (La) (9e arr.)

« Souvenez-vous de ce nom : Indra Carrillo. Ce jeune chef mexicain talentueux propose une subtile cuisine, à la créativité mesurée ». Les mots de l’inspecteur, dans un tweet daté de février, laisse augurer une bonne surprise / Lien vers le site du restaurant

Eels (10e arr.)

Si le Michelin ne fait pas l’anguille (« eels » en anglais), il pourrait bien décerner une première étoile pour la table du chef Adrien Ferrand. Cadre agréable, assiettes virevoltantes, ambiance décontractée… Why not ! / Lien vers le site du restaurant

Innocence (L’) (9e arr.)

Peut-être un petit trop bistrot, peut-être un poil trop jeune, peut-être…. Peut-être aussi que le Michelin aura envie de mettre une étoile à cette table où l’inspecteur a trouvé « une belle cuisine à tarif sage, proposée par la jeune chef Anne Legrand, passée par de jolies tables étoilées » / Lien vers le site du restaurant

Louis (9e arr.)

Atabula avait titré son article : « Louis : Stéphane Pitré, candidat sérieux à l’étoile ». Cela fait quelques années qu’il attend ça, lui qui est passé par les cuisines de Jérôme Banctel, époque Lucas Carton. La qualité des assiettes est au rendez-vous dans son restaurant de poche / Lien vers le restaurant

NE/SO (9e arr.)

Premier du palmarès Atabula des Vingtenaires qui comptent dans la gastronomie, homme de l’année dans sa catégorie selon le magazine GQ, le chef Guillaume Sanchez s’est fait remarquer cette année. Surtout, il a développé une cuisine de haute volée dans son restaurant parisien de la rue Papillon. Même si avec le Michelin tout est possible, l’étoile semble lui être promise / Lien vers le site du restaurant

Oka (5e arr.)

Voilà le Brésil comme on l’aime : ouvert, gourmand, surprenant, fin et délicat. Après quelques mésaventures, le chef Raphaël Rego a rouvert sa belle table de la rue Berthollet. Le résultat est plus que convainquant. Le Gault&Millau l’a mis en avant rapidement (15,5 et trois toques) ; reste à savoir si le Michelin fera de même / Lien vers le site du restaurant

Pilgrim (15e arr.)

Un restaurant français lancé par un chef japonais, le Michelin adore ça. Surtout quand le chef a déjà une étoile dans un autre établissement (Neige d’Été). « Hideki Nishi continue de nous régaler » précise un tweet publié en mai. Une étoile possible / Lien vers le site du restaurant

Virtus (12e arr.)

Le tweet de l’inspecteur n’est pas des plus limpides (cf ci-dessus), mais notre repas valait aisément une étoile. Alors pourquoi pas… / Lien vers le site du restaurant

Yoshinori (6e arr.)

“Tout petit par la taille, mais tellement séduisant par la finesse et l’élégance de ses saveurs… Yoshinori, c’est du sérieux ». Difficile d’être plus explicite dans un tweet (publié en juillet) / Lien vers le site du restaurant

________

SAINT-JEAN-DE-LUZ

La Table du Grand Hôtel

Le chef Alexandre Soulier n’y est pas depuis très longtemps (avril 2018), mais il a largement séduit les inspecteurs. « Il nous régale d’une cuisine fine et délicate : le pied ! ». Alors si le Bibendum a choisi d’être réactif cette année, l’étoile pourrait débarquer à Saint-Jean-de-Luz / Lien vers le site du restaurant

________

SAINT-MAXIMIN (60)

Le Verbois

Attention talent ! À seulement 23 ans, le chef Guillaume Guibet envoie quelques uppercuts culinaires de haute volée. Le Negresco (Nice), Fouquets (Paris) et Kei Kobayashi (Paris), trois étapes importantes pour lui qui lui ont permis de se forger une identité et un savoir-faire singuliers. Une première étoile logique si elle venait à tomber / Lien vers le site du restaurant

________

SETE (34)

The Marcel

« Une belle découverte à Sète », tels sont les mots de l’inspecteur qui souligne également une « cuisine méditerranéenne goûteuse et franche ». Quand le Bibendum se régale, pourquoi ne pas imaginer une étoile chez The Marcel ? / Lien vers le site du restaurant

________

TIGNES (73)

Ursus

Difficile d’imaginer qu’une étoile ne tombe pas à Tignes, au restaurant Ursus, tenu de main de maître par Clément Bouvier. Cadre sublime, assiettes sages et précises, service discret et professionnel. Une superbe table où l’on se sent bien / Lien vers le site du restaurant

________

TOULOUSE (31)

Solides

Après la table Sept l’an dernier, le restaurant Solides pourrait bien accrocher une étoile dans l’édition 2019 du guide. La cuisine de Simon Carlier est aboutie, parfois renversante de saveurs. L’une des plus belles tables de la ville, assurément / Lien vers le site du restaurant

________

TOURS (37)

La Roche-le-Roy

Finesse, gourmandise…, la cuisine du jeune chef Maximilien Bridier (29 ans) a séduit l’inspecteur. Présent depuis décembre 2016, il a fait évoluer l’historique demeure. Pas impossible que ce soit la bonne année pour lui / Lien vers le site du restaurant

________

VAILHAN (34)

Äponem

Elle a séduit tout le monde, ou presque. Encensée par les guides comme par la critique, la cheffe Améie Darvas ferait un carton plein si elle reçoit également une étoile cette année. Reste à savoir si le Michelin a aimé et la table, et cette unanimité qui peut parfois le rendre frileux… / Lien vers le site du restaurant

________

VINCENNES (92)

 L’Ours

Tient, le Michelin se lâche et parle d’« expérience » dans un de ses tweets. La chose est suffisamment rare pour être soulignée. Il s’agit de la très belle table du chef Jacky Ribault , où « le décor est féérique, et l’assiette instinctive et soignée ». Le chef a déjà glané une étoile à Paris à Qui Plume la Lune. Fort probable qu’il en reçoive une autre à Vincennes / Lien vers le site du restaurant

________

Passage possible de 1 à 2 étoiles

________

BOULIAC (33)

Le Saint-James

Nicolas Magie (passé notamment par les cuisines du Crillon époque Constant) a imposé doucement mais sûrement sa patte au Saint-James, table gastronomique située sur les hauteurs de Bordeaux. Son travail d’approfondissement de sa cuisine pourrait payer cette année / Lien vers le site du restaurant

________

FAULQUEMONT (57)

Toya

Là-bas, dans cet Est peu représenté, il y a Toya. Le chef Loïc Villemin y réalise une cuisine de très haute volée, créative, ouverte sur les saisons, avec un peu de Japon et beaucoup de savoir-faire. Avec ces trois toques et son 16,5 au Gault&Millau, il avance comme il faut pour pouvoir penser raisonnablement à cette deuxième étoile salutaire / Lien vers le site du restaurant

________

MARSEILLE (13)

AM Alexandre Mazzia

Cuisinier de l’année, une cuisine ultra-identitaire, une critique unanime et une montée en puissance depuis quelques années font d’Alexandre Mazzia l’un des chefs les plus singuliers de France. Incontestablement, son travail mériterait aujourd’hui une deuxième étoile / Lien vers le site du restaurant

________

MONTLIVAULT (41)

La Maison Christophe Hay

Une cuisine d’une grande finesse et locale, un cadre repensé, un service au poil et une jolie cohérence qui pourraient faire venir une deuxième étoile pas imméritée. En tout cas, c’est l’objectif du chef Christophe Hay qui met les petits plats dans les grands. Une belle table assurément / Lien vers le site du restaurant

________

PARIS (75)

David Toutain (7e arr.)

S’il y a une table en France qui doit recevoir cette deuxième étoile, c’est bien celle-là ! Tout y est. La cuisine est l’une des plus extraordinaires de l’Hexagone, le service est monté en puissance, le cadre s’est encore réchauffé. L’an dernier, le Michelin s’est raté. Pas deux années de suite ! / Lien vers le site du restaurant

Lucas Carton (8e arr.)

Sa progression est fulgurante ! En quelques années, Julien Dumas a remis la maison Lucas Carton dans le bon sens. Cuisine hautement identitaire dans un cadre sublime, il n’y a plus aucune raison de laisser cette table mythique a une seule petite étoile / Lien vers le site du restaurant

Antoine (16e arr.)

Certes, ce serait une surprise, mais elle serait belle. Pour lui, et pour sa fidèle clientèle qui apprécie la cuisine très maritime (mais aussi largement terrestre) du chef Thibault Sombardier. Assiettes aux goûts irréprochables / Lien vers le site du restaurant

La Tour d’Argent (5e arr.)

Probable qu’il n’en est pas très loin. La question est de savoir si le Michelin va franchir le cap ou pas. En 2006, la deuxième étoile disparaissait de cette table mythique qui domine la Seine. Treize années plus tard, est-ce que Philippe Labbé va la décrocher. Un récent tweete du guide expliquait que les recettes étaient « de la pure poésie ». Un lyrisme prometteur ou confusant ? / Lien vers le site du restaurant

Le Prince de Galles (8e arr.)

En difficulté il y a quelques temps, il semblerait que la situation de Stéphanie Le Quellec soit plus calme du côté de la Scène, table étoilée du Prince de Galles. Pas impossible qu’une deuxième étoile vienne briller à quelques encablures du mastodonte George-V / Lien vers le site du restaurant

________

PUY-SAINTE-RÉPARADE (LE) (13)

Louison

Difficile de décrypter ce qu’il va se passer autour du cas Gérald Passédat. La rumeur (puisqu’il s’agit de rumeurs…) est forte sur Marseille et sa table Le Petit Nice (perte d’une étoile ?), elle l’est également au Puy-Sainte-Réparade où on l’annonce sur le départ en raison (notamment) des difficultés économiques du lieu. Reste qu’une deuxième étoile pourrait tomber chez Louison au regard de la qualité des assiettes. Ici, tout est possible, tout et son contraire / Lien vers le site du restaurant

________

ROANNE (42)

Aux Anges

C’est probablement l’un des gros outsiders de cette catégorie… Mais son récent titre de « Grand de demain » au Gault&Millau, et le sublime repas fait par Atabula il y a quelques mois peuvent laisser croire que le Michelin honore cette table tenue par un chef excentrique et talentueux à souhait, et Annabelle, son binôme en salle / Lien vers le site du restaurant

________

THOLONET (LE) (13)

Le Saint-Estève

Un cadre de rêve, une cuisine techniquement irréprochable, et des goûts comme seul le Sud sait faire. Le chef Mathias Dandine, né dans la cuisine de ses parents à Bormes-les-Mimosas fait briller sa table étoilée (depuis 2006), idéalement posée en face de la montagne de la Sainte-Victoire. Victoire pour lui cette année ? Nous l’espérons / Lien vers le site du restaurant

________

VICHY (Allier)

Maison Decoret

Pourquoi cette année et pas les précédentes ? Aucune explication possible. Depuis des années, il la mérite. Lui, c’est Jacques Decoret ; il ne veut plus parler de ce guide et du pourquoi du comment d’une telle stagnation. Alors, on a envie de se dire que le Bibendum change, que les décisions politiques n’ont plus cours, et que les inspecteurs vont se rendre à Vichy avec toute l’objectivité qui sied à leur mission / Lien vers le site du restaurant


Pronostics → Ils sont dans notre peloton de tête
Parmi tous les noms cités, certains semblent mieux placés pour décrocher une étoile supplémentaire.
Pour la catégorie « passage à deux étoiles », David Toutain (Paris), Alexandre Mazzia (Marseille), Philippe Labbé (Paris), Stéphanie Le Quellec (Paris), Nicolas Magie (Bouliac) et Julien Dumas semblent bien placés.
Pour la catégorie supérieure, « passage à trois étoiles », Laurent Petit (Annecy), Alexandre Couillon (Noirmoutier), Olivier Nasti (Kaysersberg) et Jean-François Piège (Paris) sont, selon nous, les plus à même de décrocher la timbale.
________

Passage possible de 2 à 3 étoiles

________

ANNECY (74)

Le Clos des Sens

Difficile de faire mieux… Un cadre refait (et totalement réussi), une cuisine totalement aboutie, une identité affirmée, une maison sûre d’elle et accomplie : le chef Laurent Petit, et sa femme Martine, ont coché toutes les cases pour obtenir le Graal. Les assiettes sont d’une rare pureté, les goûts sont cinglants et la carte des vins sort le grand jeu. En salle, il y a le juste équilibre entre le professionnalisme et la proximité qui va si bien à ses grandes maisons. Le Clos des Sens est un coup de cœur depuis de nombreuses années. Une troisième étoile qui serait largement méritée / Lien vers le site du restaurant

Yoann Conte

Il est, depuis plusieurs années, dans la shortlist du Michelin. Alors, est-ce la bonne cette année ? Difficile à dire. Yoann Conte fait son chemin, avec les autres et avec lui-même. Il peaufine sa maison dans un style qui lui ressemble, il développe une cuisine puissante et ultra-gourmande, où les plats s’enchainent comme les vaguelettes se répètent sur le lac qui mouille la maison / Lien vers le site du restaurant

________

BORDEAUX (33)

 La Grande Maison Bernard Magrez

Ce fut l’une des grandes claques de cette année : un repas de très haute-volée réalisé par le chef Jean-Denis Le Bras, parfait ou presque. De la puissance, de la finesse, de la créativité, du concentré. C’est le genre de repas qui marque le mangeur habitué des grandes tables. Est-ce que le Michelin va tiquer sur le rôle de consultant de Pierre Gagnaire ou simplement voir les choses : Jean-Denis Le Bras fait du Le Bras, c’est-à-dire une cuisine exceptionnelle. Trois étoiles dans l’assiette ! / Lien vers le site du restaurant

________

CHAUDES-AIGUES (15)

Serge Vieira

Quand il a obtenu sa première étoile en 2010, les inspecteurs notaient déjà sa cuisine à un niveau de deux étoiles. Mais, par sécurité, il n’obtenait alors qu’une étoile. La deuxième fut gagnée quelques années après. L’an dernier, il n’aurait pas été malin de lui « donner » la troisième étoile, au regard de la situation de la Maison Bras, voisine. Mais, en 2019, l’histoire n’est plus la même. Serge Vieira est un sacré outsider dans la course au Graal, mais il est connu que le Michelin aime bien parfois surprendre son monde… / Lien vers le site du restaurant

________

KAYSERSBERG (68)

Le Chambard

Lui, il fait partie des favoris. Ce qui ne veut pas dire qu’il l’obtiendra, disons-le. Mais, depuis quelques années, Olivier Nasti se concentre vers cet objectif plus ou moins avoué. La troisième étoile aurait toute sa place à Kaysersberg, dans un Chambard qui a fait peau neuve, et où l’assiette a gagné en puissance et en émotion / Lien vers le site du restaurant

________

MENTON (06)

Le Mirazur

Est-ce que l’homme du World’s 50 Best peut décrocher la troisième étoile du guide Michelin ? Ce serait une surprise, incontestablement. Mais, finalement, pourquoi pas. L’unanimité de la critique n’est pas de mise au Mirazur du chef Mauro Colagreco, mais là encore, le Michelin pourrait chercher à surprendre pour mieux faire parler de lui / Lien vers le site du restaurant

________

NOIRMOUTIER (85)

La Marine

Il suffit de lire et comparer les textes du guide Michelin édition 2017 et 2018 pour comprendre que la table d’Alexandre Couillon est déjà notée trois étoiles dans les essais de table. Reste à savoir si les inspecteurs vont estimer que le chef a les épaules assez solides pour assumer ce changement de statut. Réponse dans quelques jours / Lien vers le site du restaurant

________

PARIS (75)

Le Grand Restaurant

Il y a deux ans, tout le monde annonçait la troisième étoile chez Piège. Lui-même en était persuadé ! L’an dernier, pas un journaliste n’a osé moufter ! Cette année, la rumeur revient au galop. Et pas impossible que ce soit la bonne année pour Jean-François Piège et son Grand Restaurant. Lequel, selon des informations concordantes, serait à vendre. Piège et le Michelin, une histoire à part… / Lien vers le site du restaurant

Le Clarence

Table préférée de la critique (selon le classement des Grands de Paris réalisé par Atabula), le Clarence de Christophe Pelé pourrait créer la surprise en décrochant la troisième étoile. Cadre exceptionnel, service attentionné et assiettes millimétrées : tout y est pour séduire les inspecteurs. Seul point faible : le Clarence est une table récente, qui manque de profondeur historique. Mais, là encore, le Michelin peut chercher à surprendre. Ce qui serait un choix judicieux… / Lien vers le site du restaurant

La Réserve

Ce serait incontestablement une grosse surprise, mais sait-on jamais. La table de Jérôme Banctel monte doucement en puissance année après année. Certes, la table manque encore un peu de vie et d’allant, mais pourquoi pas. Pour une grosse surprise ! / Lien vers le site du restaurant

________

PLOMODIERN (29)

L’Auberge des Glazicks

Si certains critiques ont amusé la galerie en présentant depuis quelques années la table d’Olivier Bellin comme en tête de liste pour gagner la troisième étoile, ce qui était totalement erroné du côté du Michelin, le travail du chef avance néanmoins, et il aurait pu séduire plus qu’avant. Là aussi, ce serait une grosse surprise si la troisième étoile tombait à Plomodiern / Lien vers le site du restaurant

________

ROCHELLE (LA) (17)

Maison Coutanceau

Gros travaux réalisés, montée en puissance d’une cuisine identitaire, chef engagé et communication distillée comme il faut : la Maison Coutanceau a gagné en puissance sur tous les terrains. Certains ont écrit un peu trop rapidement que la troisième étoile lui était promise. Est-ce que ce sera le cas en 2019 ? / Lien vers le site du restaurant

________

WINGEN-SUR-MODER (67)

La Villa René Lalique

Dans l’assiette, les trois étoiles sont là ! Reste l’incertitude sur l’attitude du guide par rapport à l’âge de Jean-George Klein, lequel pourrait prendre prochainement sa retraite. Mais, honnêtement, le travail de son chef Paul Stradner est en tout point remarquable. Avec ou sans le maitre Klein, la Villa Lalique mérite ses trois étoiles / Lien vers le site du restaurant

________
SUR LE MÊME SUJET Retrouvez l’ensemble du dossier Michelin 2019
________
PHOTOGRAPHIE→ © DR
________
[siteorigin_widget class=”custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”exm1_newsroll_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails”][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
Haut de page