Les 20 questions à se poser sur le Michelin 2019

Après les soubresauts de l’année 2018, place au guide 2019. Aucune information n’a filtré, ne reste que des rumeurs, des interprétations et des questions. Atabula a listé les 20 grandes questions à se poser sur le nouvel opus du Bibendum.
MICHELIN 2019
________

Le format de l’événement

Pas ou peu d’informations sur le format exact de l’événement. Seule précision : c’est la journaliste Audrey Pulvar qui animera la cérémonie. Espérons que le Bibendum fasse mieux que l’an dernier ; même en interne chez Michelin, tout le monde s’accordait sur le fait que le ratage était total. Mais que fait le Fooding qui était censé apporter son savoir-faire en la matière ? 

________

Michael Ellis sera-t-il présent sur scène ?

Il devrait être le grand absent de la cérémonie. L’ancien patron des guides Michelin Michael Ellis, qui a rejoint le groupe Jumeirah depuis quelques mois, ne sera probablement pas sur scène, laissant naturellement la place à son successeur, Gwendal Poullennec. Mais, surtout, n’oublions pas que cette sélection 2019 est avant tout celle de Michael Ellis. Autrement dit : un absent omniprésent !

________

Est-ce qu’être invité pour un chef (ou un pâtissier, un sommelier…) veut dire que la personne va recevoir une étoile ou un prix ?

Et la réponse est…. non ! Comme l’an dernier, le Michelin reproduit le même système en invitant beaucoup de chefs et d’autres professionnels du secteur (sommeliers, responsable de salle, pâtissiers…). Mais seulement certains recevront une récompense. L’an dernier, ce choix, qui s’explique par la volonté d’éviter des fuites, avait créé une importante vague de mécontentements. Est-ce que le Michelin a bien communiquer sur ce bis repetita ? Eh bien non. Mêmes causes, mêmes effets ? Franchement, le Michelin est quand même vraiment mauvais dans sa communication !

________

Pourquoi le Michelin a-t-il créé des prix ?

Pour deux raisons. La première est de vouloir valoriser tous les métiers qui tournent autour du chef, principalement le service en salle et la sommellerie. Car, jusqu’à maintenant, il n’y en avait que pour les chefs avec l’assiette comme seul élément pris en compte pour les étoiles. La seconde : faire rentrer un petit peu d’argent dans les caisses. Car, bien sûr, les prix sont sponsorisés ! Sinon, ce ne serait pas drôle… 

________

Et les pâtissiers ?

Plusieurs chefs ont été invités à venir avec leur pâtissier. Pourquoi ? Pour la première fois, le Michelin, en partenariat avec Valrhona, va honorer 30 pâtissiers pour leur formidable travail.

________

D’où viennent les rumeurs ?

Voilà encore une réponse bien difficile à donner. Parmi les pistes possibles : le Michelin lui-même. Certains inspecteurs ou cadres du guide pourraient avoir intérêt à faire fuiter certaines informations. Un grand chef trois étoiles parisien a même assuré à un journaliste que c’était le cas… N’oublions pas que certains chefs sont en relation avec les inspecteurs, ils connaissent leurs numéros de téléphone. Facile donc de les appeler et d’échanger… De fait, les chefs contribuent à faire tourner les rumeurs, les journalistes et autres influenceurs n’ont plus qu’à les faire circuler sur les réseaux sociaux ou sur leur support. 

________

Pourquoi autant d’étoiles cette année ?

Deux raisons principales à cela. Première raison : le dynamisme culinaire français est réel. Partout, de Lille à Marseille, de nouvelles tables ouvrent et proposent un niveau remarquable. Deuxième raison, plus stratégique : l’an dernier, le Bibendum s’est montré plutôt chiche, et les chefs ont su faire remonter leur mécontentement au guide et, notamment, à Michael Ellis. Or ce dernier savait que c’était, en 2019, sa dernière sélection. Autant faire plaisir. Inversement, c’est aussi la première véritable sélection de Gilbert Garin, le rédacteur en chef du guide (qui a succédé à Juliane Caspar). De fait, l’un et l’autre pouvaient avoir envie de marquer cette sélection particulière.

________

Vers une « foodingisation » du Michelin ?

Il y a en réalité une troisième raison possible, résultante plus ou moins réelle du rachat de 40% des parts du Guide Fooding par le Michelin, et qui pourrait se résumer à une sorte de « jurisprudence Chateaubriand ». Autrement dit, est-ce que les inspecteurs vont enfin céder aux sirènes de la belle bistronomie ? Partout en France, des chefs proposent des plats remarquables qui, objectivement (si cela a un sens…) méritent l’étoile. Rozo à Lille, le Hâ Restaurant à Bordeaux, Solides à Toulouse ou La Mutinerie à Lyon. Si le Michelin ne regarde vraiment que l’assiette, alors ces tables-là (et d’autres) doivent recevoir une étoile !

________

Combien de nouveaux « trois étoiles » ?

À partir du moment où aucune information fiable n’est sortie, impossible d’affirmer quoi que ce soit. Il faut donc s’en remettre aux rumeurs qui tablent sur deux nouveaux restaurants auréolés de trois étoiles. Un serait à Paris, l’autre en province.

________

Des pertes au niveau « trois étoiles » ?

Il se pourrait bien qu’une table historique perde sa troisième étoile cette année. Trois noms sont évoqués : Georges Blanc à Vonnas, l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern et le Petit Nice à Marseille. 

________

Et que va-t-il se passer à Collonges, chez Bocuse ?

Peut-on raisonnablement imaginer qu’exactement un an après la mort de Monsieur Paul (à un jour près), le Bibendum sanctionne la maison historique de Collonges en lui enlevant la troisième étoile ? Impossible, ou presque. Ce qui conduit à se poser une question : le Michelin n’aurait-il pas intérêt à créer une sorte de quatrième étoile (à l’instar du « The Best of the Best » du World’s 50 Best), pour « services rendus à la patrie gastronomique » (ou un truc dans le genre) pour sanctuariser une maison à part. Car il ne faudrait pas oublier que, au fil des années, les chefs, et notamment la nouvelle génération, ne se priveront pas de faire remarquer que la table de Paul Bocuse n’est plus du tout au niveau. Et la critique a déjà commencé…

________

Combien de nouveaux « deux étoiles » ?

L’an dernier, il n’y en a eu que cinq ; une misère ! Une bonne année, cela tourne plutôt autour de 10/12 tables. Gageons que la fourchette se situe cette année entre huit et douze / Lire notre article sur les pronostics

________

Du mouvement dans l’empire Ducasse ?

A priori, les principales tables gouvernées par Ducasse ne devraient pas bouger. Sauf grande surprise, le Meurice de Jocelyn Herland va rester à deux étoiles. En revanche, pas impossible que Ducasse sur Seine gagne une première étoile. A voir si le Bibendum s’en est allé naviguer sur la Seine cette année… / Lire notre article « Alors ça vaut quoi Ducasse sur Seine ? »

________

Une septième étoile pour Yannick Alléno ?

C’est un Abysse qui pourrait mener Yannick Alléno au sommet. Auréolé déjà de six étoiles (Le Pavillon Ledoyen à Paris et le 1947 à Courchevel), le chef pourrait en gagner une (voire deux directement…) pour sa table de sushis située au sein même du Pavillon. 

________

Et Taillevent ?

L’équation n’est pas forcément aussi évidente qu’il n’y paraît. Aujourd’hui, la table dispose de deux étoiles, époque Alain Solivérès. David Bizet, venu de l’Orangerie cette année, n’avait qu’une étoile au compteur, mais il n’était pas loin des deux. Selon la jurisprudence Michelin, qui pratique assez facilement le « transfert » d’étoile(s), il se pourrait bien que le Taillevent redescende à une étoile. Si tel était le cas, cela serait un coup dur cette année, mais ce serait aussi l’occasion pour le chef David Bizet de partir à la conquête de « sa » deuxième étoile, et ne pas se contenter d’être un simple héritier.

________

Et Jean-François Piège ?

Chaque année, on se dit que c’est la bonne ! Et puis… 2019 n’échappe à la règle avec, en plus, la possibilité de voir le Grand Restaurant changer de main. Atabula a déjà écrit un long article sur les scénarios possibles. Différentes sources assurent que c’est la bonne année pour Jean-François Piège ; c’était déjà le cas il y a deux ans… / Lire notre article « Le Grand Restaurant de Jean-François Piège : trois étoiles et un départ ? »

________

Est-ce enfin l’année David Toutain ?

Parmi les bourdes du Michelin opus 2018, il y avait l’oubli d’une deuxième étoile pour David Toutain. Logiquement, il est plus que probable que le chef de la rue Surcouf gagne enfin une récompense évidente. En réalité, son talent est déjà au-delà de cette deuxième étoile. Chaque chose en son temps… 

________

Le Michelin va-t-il conforter le titre de Cuisinier de l’année avec une deuxième étoile pour Alexandre Mazzia ?

Comme son meilleur ami David Toutain, le chef Alexandre Mazzia pourrait recevoir une deuxième étoile et réaliser le coup parfait Gault et Millau et Michelin. La critique est relativement unanime pour souligner le talent de ce chef qui propose une cuisine ultra créative, l’une des plus excitantes que l’on puisse trouver aujourd’hui en France.

________

Comment suivre la cérémonie ?

Le Michelin proposera un live Facebook mais qui pourrait avoir, comme les années précédentes, un léger différé. Profitez donc du Live Michelin by Atabula, qui vous donnera en direct toutes les informations, les premières analyses et de nombreuses informations sur le guide 2019 / Lien vers le Live qui démarrera lundi, à 8h

________
SUR LE MÊME SUJET Découvrez l’ensemble du dossier Michelin 2019
________
PHOTOGRAPHIE→ © DR
________
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »exm1_newsroll_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.