Un café belge élu « Meilleur endroit au monde où boire une bière »

La Belgique et la bière ? Inséparables.
DÉCALÉ – BIÈRE
________

Datant de 1842 et proposant plus de 250 bières, le café « In de Verzekering tegen de Grote Dorst », situé à Eizeringen (Belgique), n’ouvre ses portes que le dimanche de 10h à 20h et les jours de funérailles. Mais il vient pourtant d’être élu « Meilleur endroit au monde où boire une bière » par le site spécialisé RateBeer. Lauréat pour la deuxième année consécutive, il est cependant loin d’être le seul établissement belge inscrit dans la compétition puisqu’ils ne sont pas moins de 11 à figurer dans le top 50 cette année.

________
PHOTOGRAPHIE→ © DR
________
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »exm1_newsroll_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »Recent_Posts_Widget_With_Thumbnails »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »custom_title_widget_exm1″][/siteorigin_widget]
Un commentaire
  • gdg
    1 février 2019 at 8:56
    Laisser un commentaire

    Bonjour,
    Pourquoi ce billet?
    Tout ce qui avait été dit auparavant par Atabula à propos du Michelin était tout à fait sensé, notamment les articles sur Piège, Veyrat et sur l’acte fondateur du guide 2019 : la réintégration de Bras.
    Alors pourquoi ajouter une voix au chœur des vieux grigous comme Pudloski, qui passent leur temps à étalonner dans leurs billets les assiettes qu’ils goûtent (gratuitement, va sans dire!) à une, deux ou trois étoiles pour ensuite critiquer systématiquement le guide qui, quoi qu’il fasse, fait soit preuve d’immobilisme ou d’injustice ou bien cette année de jeunisme?
    Franchement, je ne vais pas dépenser un menu trois étoiles pour avoir depuis 50 ans le même fois gras d’oie ou la même mousseline de grenouilles ou depuis 30 ans le même aligot, le même gargouillou, le même fondant au chocolat, tous présentés comme des reliques qu’on se doit de vénérer!
    Alors oui, vive la cuisine lacustre de Laurent Petit et l’inventivité de Mauro Colagreco! Tant mieux que les jeunes Hugo, Stéphanie, Julia, Indra, Florent, Nobuyuki Virginie et Fabien, Chiho et Marcelo et tous les autres brillent de leurs nouvelles étoiles!
    Et j’attends avec impatience janvier 2020 pour que le rouge termine de retirer la poussière de l’étagère du haut!
    Bien à vous,
    Gabriel

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.