Alain Pégouret et le Laurent, un calendrier fort mal maîtrisé
Advertisement

Alain Pégouret et le Laurent, un calendrier fort mal maîtrisé

Il pensait que cela se ferait vite et sans histoires. Mais il s’est trompé. Alain Pégouret, l’historique chef du Laurent (Paris), est à la recherche depuis de longs mois d’un fonds de commerce pour ouvrir sa propre table. Cela remonterait à l’été 2018, voire avant, l’homme partage alors son désir de partir à quelques proches. Dès septembre, Atabula fait état de ce possible départ dans son article « Les 70 tables à suivre en France ». Alain Pégouret dément et éteint en interne le début de la rumeur. Les mois passent et le chef du Laurent continue de chercher son futur point de chute. Sans succès probant. Sauf que celui qui est à la tête des cuisines du Laurent depuis 18 ans fait part, en début d’année, de sa volonté de quitter le restaurant de l’Avenue Gabriel au propriétaire, le Groupe Partouche. Là, le calendrier s’emballe.

Isidore Partouche, qui gère les affaires du Laurent, souhaite logiquement accélérer les choses. Mission est donnée de trouver un chef remplaçant dans les trois semaines. De très nombreux chefs sont contactés pour remplacer Alain Pégouret et, selon nos informations, il ne restait il y a peu que deux chefs dans la short-list, dont Julien Roucheteau, libre de tout contrat depuis son départ de la Scène Thélème (Paris). Sauf que l’information, rendue publique par Atabula, bouscule la donne et oblige le groupe Partouche a calmer le jeu et ralentir la succession.

À ce jour, Alain Pégouret n’a toujours pas trouvé son futur restaurant. Celui-ci attend la décision du tribunal de commerce pour récupérer un fonds en liquidation judiciaire. Et aucun nouveau chef n’a été trouvé au Laurent.

Haut de page